mercredi 25 janvier 2017

HALTE A LA DEFORESTATION !…

.

Depuis 1959, l’Organisation des Nations Unies consacre des années ou des journées internationales pour promouvoir des groupes d’individus, des entités ou des valeurs jugés fondamentaux pour l’humanité et pour notre univers: année de la femme, année des déserts, journées mondiales de l’environnement, des droits de l’homme, du tourisme,… Si l’année dernière on a célébré la biodiversité, 2011 est consacrée à la forêt.

Les forêts recouvrent près d’un tiers des surfaces émergées de la Terre et abritent plus de la moitié de la biodiversité terrestre : plantes endémiques et médicinales, oiseaux et animaux rares tels les fameux lémuriens que l’on trouve nulle part ailleurs qu’à Madagascar. La forêt avec tout le milieu environnant constitue une véritable richesse naturelle. Par ailleurs, avec une bonne concentration d’arbres et de végétaux dans nos forêt, les effets de l’érosion et du changement climatique seraient atténués. A l’heure actuelle, de nombreux pays souffrent de canicules, la sécheresse sévit de plus en plus et la désertification du sol s’étend dangereusement. Pourtant, tout le monde sait que les pluies et l’humidité du climat, nous les devons à nos forêts. De plus, elles constituent un enjeu économique et touristique non négligeable. Vous-est il arrivé de faire des randonnées ou de vous détendre en forêt: quel havre de paix !… Reconnaissons-le, les forêts nous sont indispensables !… Mais sachons que malheureusement, chaque année, plus de 80.000 km2 de couvertures forestières sont détruites soit la superficie d’un terrain de football par seconde. Divers facteurs sont à l’origine de cette perte en zones forestières. Le besoin grandissant en constructions et en infrastructures (pont, barrage, route,…) nous conduit à raser des millions d’arbres. Dans les campagnes, les cultivateurs pensant augmenter leur rendement ne cessent de pratiquer la culture sur brûlis. L’utilisation des bois de chauffe et de cuisson explique aussi l’abattage incontrôlé d’arbres.

En somme, tout le monde a une part implicite dans la recrudescence du phénomène de déforestation que ce soit celui qui utilise ses cahiers pour y faire ses devoirs, celui qui construit sa maison, celui qui vient de s’acheter une belle armoire puisqu’en amont beaucoup d’arbres ont été abattus. « Un arbre abattu, un arbre planté ! » Très beau leitmotiv, mais combien d’entre nous reboisent régulièrement pour compenser nos utilisations? Combien prennent l’initiative de faire recycler leurs papiers pour qu’ils resservent par la suite ? Qui parmi nous a décidé de réduire sa consommation en charbon de bois et d’utiliser d’autres sources d’énergies telle l’énergie solaire ou éolienne? A la vitesse où nous allons, nous courons droit vers la perte de toutes nos forêts en 200 ans, à la destruction de tout notre environnement donc à notre propre perte. Qu’attendons-nous pour réagir ? Quelle politique doit mener nos gouvernants pour qu’enfin les mots deviennent des actes et que nos enfants et les enfants de nos enfants puissent encore profiter d’un coin d’ombre et d’un atmosphère encore respirable !…

.

Hasina D. (Psymada)

 

Sources : SOS-planete http://terresacree.org/apropos.htm

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.