mercredi 25 janvier 2017

.

– EVOLUTION DES SOCIETES

.

Le 31 Octobre 2011, selon les Nations Unies, la population mondiale a franchi le cap des 7 milliards. On était 6 milliards en 1999, et avec une augmentation de 200.000 individus en plus par jour, on atteindra la barre des 9 milliards en 2050 dont environ 2 milliards d’habitants en Afrique et 1,6 milliard en Inde : les deux zones qui seront les plus peuplées au monde. En ce qui concerne l’Europe des 27, la croissance serait moins importante, de 495 millions en 2008 il y aurait 506 millions d’européens en 2060. Et sauf changement, Le nombre de décès devrait même dépasser celui des naissances à partir de 2015, ce qui s’explique par le vieillissement progressif mais certain de la population. Si l’âge moyen actuel d’un citoyen de l’Union européenne est de 39 ans, il sera de 49 ans en 2050. Ce vieillissement est lié à l’augmentation de l’espérance de vie ainsi qu’à la diminution du nombre d’enfant par famille : une moyenne de 1,5 enfant actuellement.

Mais ce changement du profil démographique n’est pas aussi catégorique dans tous les pays. Prenons l’exemple de la Somalie. Selon l’Unicef, malgré la guerre civile et la malnutrition qui fait souffrir le 1/3 des enfants et qui augmente largement leur mortalité, ce pays compte actuellement 10 millions d’habitants. Et ce nombre devrait croître jusqu’à 22,6 millions en 2050 en raison du nombre d’enfants qui va jusqu’à 7 par famille. Tout porte à croire qu’à défaut de fortune, les pauvres veulent avoir plus d’enfants alors que les riches optent pour plus de confort et moins de « gamins». En effet, dans les milieux pauvres, les enfants sont considérés comme une richesse, et plus nombreux ils seront, plus importante sera la chance de sauver l’un ou l’autre de la famine et de la maladie. Les parents comptent aussi sur l’assurance d’une main d’œuvre gratuite liée au nombre d’enfants. Par contre, l’enfant paraît être un supplément de charge voire un obstacle à l’épanouissement personnel dans les familles aisées. Mettons nous à l’évidence, pour le vieux continent, les enfants à venir seront davantage issus de l’immigration ou des descendants de familles récemment immigrées. Certes, ces familles ont moins d’enfants en Europe par rapport à leurs compatriotes vivant dans leur pays d’origine mais elles en ont quand même plus que les européens eux-mêmes.

.

LA SOCIETE & / OU MOI

.

Pendant des siècles, les tribus puis les clans dominaient nos sociétés, l’union, l’entraide et le partage étaient les maîtres mots, un minimum nécessaire pour tenir tête à l’hostilité de la nature, un moyen pour se protéger des éventuels ennemis. D’années en années, pensant avoir dominé dame nature, les mots « nombre » et « unité » semblent pour l’homme, avoir perdu de leur valeur. La tendance « Moi d’abord » de l’homme moderne, son repli sur soi, sa confiance aveugle au High Tec et au contraire sa méfiance voire sa défiance vis-à-vis de son semblable ont largement transformé son quotidien. La société n’est plus qu’une multitude d’individus mis les uns à côté des autres et même parfois, « les uns sur les autres » !… Ainsi, la notion d’individu et d’unicité a fini par prendre le pas sur la notion de groupe et de solidarité. Et dans les sociétés modernes, même la famille n’est plus qu’une valeur refuge, moins on s’y réfère, mieux on se sent; sauf bien entendu, quand rien ne va plus. En fait, le monde de la représentation a davantage favorisé la culture de l’Ego. Il y a un changement du style de vie et les priorités semblent avoir changé. Même la vie à deux pour beaucoup devient un obstacle à l’épanouissement personnel et à la limite, l’âge du mariage est retardé. La femme se veut plus indépendante et plus axée sur une carrière professionnelle. Ce n’est pas pour autant que l’homme soit moins machiste. Ainsi, les années d’études se prolongent, le nombre de célibataires endurcis mais aussi les divorcés ne cessent d’augmenter,…

.

– QUESTIONS

.

Au total si on se réfère aux prévisions, l’Avenir démographique de l’Europe est il menacé ? Est-ce le prix à payer, au nom de « la Liberté » ? Toujours est-il que la notion de Liberté n’est elle pas tout simplement arbitraire ? Pire, la « Liberté » ne tend elle pas à devenir hautement subjective !…

Et si jamais, la notion de liberté avait des limites, qui serait apte à donner ou prévoir ces prétendues limites ? Ainsi, lesquelles des libertés citées ci-après (et qui apparemment semblent toutes justifiables) seraient justes ou tout simplement justifiées ? Ensuite, lesquelles ne le sont pas et pourquoi ?

« Liberté du citoyen, liberté de vote, liberté de la femme, liberté de l’enfant, liberté de penser, liberté de s’exprimer, liberté d’aimer, liberté de circuler, liberté de grève, liberté de mourir,… »

A suivre…

 

Psymada

 

Bibliographie:

– Déficit démographique : « Europe cherche enfants » Politique sociale – 03-06-2008 –  » http://www.europarl.europa.eu  »

.

– Enjeux Démographiques du XXlè siècle et le rôle de la Banque Mondiale  » http://siteresources.worldbank.org/HEALTHNUTRITIONANDPOPULATION/Resources/281627-1095698140167/PopNoteFrenchFinal.pdf « 

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.