mercredi 25 janvier 2017

.

VŒU D’UN JEUNE : A MES SOUHAITS L’année 2012 a été riche d’évènements dont la plupart ont été malheureuses : les troubles causés par le club satanique dont on ne parle plus, le phénomène Remenabila, la grève des enseignants et le report des examens officielles, la grève des transporteurs et la hausse du prix du ticket(souvent inexistant) des bus, l’inexistence de bons résultats aux jeux olympiques et l’angoisse provoqué par une fin du monde qui n’a pas eu lieu… Il y a eu aussi des (rares) bonnes nouvelles dont la plus grande est la victoire des Makis au rugby CAN 2012(groupe B) et d’autres comme l’inauguration d’hôpitaux modernes, du Coliséum . .. Et il y a eu des évènements politiques dont chacun a ses propres opinions. Mais laissons là le passé et penchons nous vers le futur. Regardons de nouvelles perspectives, de nouveaux horizons. Imaginons un autre avenir. Oublions tous nos malheurs et pensons à notre bonheur car les malgaches souffrent, Madagascar souffre. Ce que je vais dire maintenant a peu de chance d’arriver mais il n’y a rien de mieux sur Terre que de rêver, d’imaginer un monde enchanté où règne l’égalité, où tout est parfait car on ne peut modifier le passé, mais l’avenir, on peut le changer. Et avec de la volonté, on pourrait commencer à le transformer dès cette année. Mais d’abord, je souhaite mes meilleurs vœux à toute ma famille, à tous mes amis, même mes ennemis, je leur souhaite une bonne année, une bonne santé, la réussite mais pas la faillite, le succès mais pas le décès, la joie mais par l’effroi, la gloire mais pas le désespoir, la vie mais pas la maladie. Maintenant, je souhaite surtout le meilleur pour cette patrie qui est mon pays. Pour ce pays, pour notre cher Madagascar, à partir de cette année 2013, je voudrais qu’il n’y ait plus de crise et qu’enfin il réalise paisiblement sa devise. Je voudrais que tous les gens y soient heureux, qu’y vivre soit merveilleux. Je voudrais que les Malagasy s’aiment comme des frères et des sœurs, qu’ils ne connaissent plus la peur. Je voudrais qu’ils n’aient plus jamais faim et qu’ils ne sachent faire que le bien. Je voudrais qu’ils vivent en paix avec la nature et se promènent sur de vastes pâtures, sur de belles et vertes verdures, où disparaîtra toute ordure. Je voudrais qu’ils aient tous un toit, qu’il n’y a plus jamais froid. Je voudrais qu’ils soient tous bien vêtis et qu’ils puissent profiter de la vie. A partir de cette année 2013, je souhaite que finisse tous les guerres et qu’il n’y en ait plus sur cette terre, que tous respectent leurs père et leurs mères et que nul n’aie quelqu’un pour adversaire. Je souhaite que les pauvres aient de quoi se nourrir, plus, je souhaite qu’il n’y en ait plus dans un proche avenir que nul n’aie à souffrir le martyre, que personne n’aie à connaitre le pire. Je souhaite que disparaisse le racisme, le sexisme, la discrimination et la maltraitance des enfants. Que cette année soit celui de l’oubli de tous les conflits, qui ne sont pas finis, mais aussi de tous les problèmes qui n’ont pas encore de terme. Que les droits de l’homme soient respectés, que la voix du peuple soit écoutée, que plus personne ne soit oppressée, que l’amour puisse dominer. Cet avenir peu probable, quasi-incroyable, qui peut-être comprit comme une fable est indispensable à un bonheur sans semblable, qui demeure introuvable. Enfin, je voudrais seulement dire que : « Rêver, il n’y a rien du mieux»


Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.