mardi 24 janvier 2017

Article 11 : « Les couleurs de la rue »

Posted by admin On février - 1 - 2013

.

Lorsque je l’ai rencontré, il errait chantonnant les airs d’un printemps sans fin, Un homme venu d’un monde sans explications. Nous vivions, tous deux, sur une terre de neige aux milles solitudes et savions combien la chaleur d’une demeure est réconfortante. Mais lui, naquit d’un monde ou la santé est une utopie et par contraste, je rêvais le monde tous les jours. L’homme sans domicile, je l’ai vue dans toute sa splendeur alors qu’autour de moi, il y avait les murs d’une ville et des habits bien repassés. Partout des gens qui avaient oubliés de chanter car étant trop occupés à conserver. Mais lui, sans pudeur, il m’a dévoilé son âme et la couleur de ses yeux. Dans mon pays aux milles étendues, il dérange, Il contraste avec notre désir d’instaurer des frontières. Il est comme mon pays, sans frontière, coloré et changeant. Dans ce pays de neige, gelé et sans vie, il passe inaperçu, C’est dire qu’ici, il faut des papiers pour exister. Porteur d’une vie sans merci, mon pays porte en son cœur milles sourires qui nous apprennent que tout est à gagner, qu’il faut nous battre pour l’espoir. Leurs mondes se renouvellent à tous les jours et nous avons tout à apprendre de ces hommes qui ont bravés l’hiver et la misère. C’est pour dire que dans mon pays les contrastes sont si forts que nous savons que rien n’est impossible !

 

 

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.