mercredi 25 janvier 2017

CONCOURS Candidat n°7

Posted by admin On novembre - 15 - 2010 1 COMMENT

Candidat N°7

Que peut signifier le mot « diversité » ? Pourquoi serait-elle au service de la paix ?

La diversité est un mot bien flou, chacun y pourrait donner un sens selon son entendement.

Il en existe néanmoins un sens général, un sens qui conviendrait à l’unanimité. Nous pouvons dire que diversité rime avec variété ou encore pluralité. Mais ces mots-là ne peuvent avoir de signification essentielle que si l’on y complète un autre mot ou un adjectif ou encore un groupe nominal. A titre d’exemple il y a ce qu’on appelle « la diversité écologique »,

« la diversité culturelle », « la diversité économique », « la diversité des lois », « la diversité de la science » ou « la diversité au service de la paix ». Cette dernière est celle qui nous intéresse. Quel aspect de la diversité serait au service de la paix ?

Sachant que le monde dans lequel nous, «  jeunes », vivons actuellement est empreint de violences, d’impudences, de frayeur ;  sachant que ce monde facilite la délinquance voire

la perdition si l’on peut dire, il convient de se focaliser sur un objectif qui pourrait pallier

ces maux : la paix. Quelle est la véritable aspiration de l’humain si ce n’est la paix, la paix de l’âme, de l’esprit, principalement la paix intérieure. Nous la recherchons tous mais nos moyens sont différents ne serait-ce que pour accéder à une part.

La diversité implique nécessairement la différence. Peut-être que les Malgaches ont un point commun avec les Arabes ou encore les Asiatiques du point de vue de leur origine, de leur langue mais chacun de  ces peuples ont leurs spécificités. Force est de constater que cette différence est malheureusement source de conflit. Seuls ceux qui se ressemblent s’assemblent comme l’affirme un célèbre dicton. Mais nous pouvons dire que nous nous ressemblons dans nos différences et qu’ainsi il y a lieu que nous nous assemblions. Certes nous sommes différents mais nous pouvons être égaux en partageant la paix qui gouvernerait notre monde. Puisque nous avons des moyens différents, une culture distincte les unes des autres,

une éducation quelque peu similaire, pourquoi ne pas faire ressortir ce qu’il y a de positif en chacune de nos différences, de les unir afin de reconstruire notre monde. Dépassons le purisme qui ne fait ni progresser ni régresser.

Nous pouvons juste prendre exemple sur les couples binationaux. Ne serait-ce qu’au niveau des gènes, le métissage embellit l’humain. Elargissons nos horizons et embellissons notre monde !

Puisque nous sommes différents, contribuons à la restauration de la paix en se prévalant de nos différences, en démontrant que la langue malgache pourrait s’associer à celle française, japonaise, américaine soit africaine pour créer un nouveau mot, une nouvelle expression :

la diversité au service de la paix.

CONCOURS Candidat n°6

Posted by admin On novembre - 15 - 2010 1 COMMENT

Candidat N°6

Quand nous regardons autour de nous, nous pouvons voir à quel point nous sommes différents. Individuellement, nous avons notre caractère, nos qualités et nos défauts. Nous avons nos propres habitudes et nos activités quotidiennes selon notre origine, du coté du soleil levant à celui du soleil couchant. Et si nous regardons plus loin, au-delà des horizons, à travers la télévision, en écoutant la radio ou sur internet, nous découvrons un monde encore plus immense, aux milles facettes, aux traditions qui ne nous semblent pas familières, étranges parfois.

Souvent, nous avons envie de mieux connaître ces autres personnes, celles qui ne nous ressemblent pas. Malheureusement, nous ne pouvons pas toujours les comprendre, nous voulons qu’elles pensent comme nous et agissent à notre manière. Et souvent, ce désir d’être suivi et écouté est à double sens. Naissent alors les conflits, les discriminations et pire, les guerres, car les idées se heurtent et la tolérance se voit minée. Pourtant, c’est la diversité de tous les hommes qui fait la richesse de l’humanité. Car être tous différent implique que nous soyons tous unique. Nous sommes chacun irremplaçable et nous apportons chacun à notre façon notre pierre à l’édifice de la paix à laquelle aspire toute une planète.

Cette paix s’est trouvé bien des fois dans une mauvaise posture : les injustices et les violences ont parlé à sa place, les cris et les pleurs se sont fait entendre. Pourquoi ? Parce que, dirait-on, nous sommes différents et que nous pensons différemment. Mais si nous observons le monde de plus près, si nous mettons nos préjugés et notre fierté mal placée de côté, nous pouvons voir que ces gens ont des choses à nous apprendre et qu’avec eux, nous pouvons faire de grandes choses. Si nous faisons appel à notre tolérance, la diversité serait la source d’un grand échange sur les valeurs et la culture qui nous séparent.

Certains diraient que cela relève de l’utopie. De l’utopie non, du rêve oui. Car c’est en rêvant que nous avançons et que nous fixons nos objectifs. A l’instar du jeune étudiant qui décroche son diplôme de pédiatre et qui se souvient que tout petit, il rêver déjà de soigner les enfants malades. Et le plus dur dans toute chose, c’est de commencer. Commençons alors petit à petit et faisons quelques pas qui deviendront de grands pas. Disons non à la méchanceté, à la haine, à la violence et à l’intolérance. Nous sommes tous nés différents, justement pour faire de ce monde un mélange harmonieux de traditions, de langages et d’amitiés. Car si nous étions tous pareils et si nous avions la même culture, le monde serait loin d’être intéressant, fade même. Nous nous passerions bien des autres car ce que nous trouvons chez les autres, nous l’avons chez nous. Saint-Exupéry n’avait-il pas affirmé que « Celui qui diffère de moi, loin de me léser, m’enrichit. » ?

De nombreux événements internationaux ont déjà mis en évidence la force de cette diversité en réunissant des jeunes venant de tous les horizons. Tel est le cas du Camp Olympique de Jeunesse où des liens immenses d’amitié se créés à chaque édition des Jeux Olympiques. Chaque jour est ainsi une occasion de servir, avec les autres, à la paix, dans notre maison, dans notre quartier, dans notre ville, dans notre pays, et lentement mais sûrement dans le monde. Nous sommes tous différents mais nous pouvons être unis ensemble dans la paix. Le plus dur, c’est de commencer.

CONCOURS candidat n°5

Posted by admin On novembre - 15 - 2010 12 COMMENTS

Candidat N°5

Un fameux proverbe dit « il faut de tout pour faire un monde ». C’est un principe qui reste applicable à tout niveau. Il reste, cependant, à définir quel genre de monde nous voulons réellement. Les candidates aux élections de miss-univers répondraient « un monde en paix », les candidats aux présidentielles prôneraient le même dicton, il en est de même pour tous ceux qui voudraient améliorer leur image. Il devient alors évident de comprendre que si l’on se vante d’aspirer à un monde en paix, c’est parce que cette aspiration est partagée. Certes, les différences constituent une source de conflit, mais il faut également savoir prendre le bon côté des choses. Comment profiter alors de nos différences pour constituer un monde en paix ? Alors puisqu’il faut connaître le passé pour comprendre le présent et préparer le futur, il est indispensable de voir les mauvais apports de nos différences dans le passé, ensuite nous verrons l’utilité de cette diversité pour instaurer une paix solide et durable.

Si l’on dit « qui se ressemble s’assemble », c’est aussi pour dire que ceux qui ne se ressemblent pas se battent. C’est une perception visible à travers les guerres que ce monde a déjà connues à l’instar des guerres de religion. A cet effet, des personnes n’ayant pas la même croyance étaient devenus des belligérants.

L’autre exemple emblématique à ce sujet n’est autre que la guerre des idéologies qui sépare les capitalistes et les communistes lors de la guerre froide.

L’on remarque alors que sur ces points, la diversité constituait un handicap pour la paix. Pourtant bien des événements font que nous pouvons tirer profit de cette diversité pour fonder un monde en paix.

Si l’on entend souvent l’expression « les contraires s’attirent », c’est parce que nous sommes conscients que l’on peut faire de bonnes choses tout en étant différents. D’ailleurs dans une équipe, les membres sont différents, les uns sont doués dans des domaines où les autres ne le sont pas et vice versa. C’est cette complémentarité qui fait avancer le groupe. Ce dernier est en plus, selon une vision interne, pacifique, parce qu’il sait respecter les différences et cela y fait régner la sérénité.

Aussi, il ne faut pas oublier que si les conflits et les guerres ont pris fin, c’est par une initiative basée sur la différence. Les dirigeants qui ont signé les accords de paix n’avaient pas la même vision des choses mais se sont alliés grâce à un objectif commun : la Paix. Pour aller plus loin, l’exemple qui témoigne le mieux cette diversité gagnante, c’est, sans aucun doute, la chanson « We are the world », c’est-à-dire, « Nous sommes le monde » chantée par des artistes du monde entier, tout aussi différents les uns des autres : de nationalité différente, de couleur de peau différente, de style de musique différent, de style de vie différent ; mais pour atteindre un seul et même objectif : la paix à travers des dons et legs.

Pour finir, la diversité est en fait LA solution clé pour instaurer un monde en paix. Ce qu’il faut c’est respecter les différences des autres, vivre avec et surtout tirer profit de tout cela, que ce soit au niveau domestique en ce qui concerne des membres d’une famille qui se disputent, au niveau national avec les mouvances malgaches qui n’arrivent pas à se mettre d’accord ou encore au niveau international concernant les grandes nations qui divergent d’opinion, car une DIVERSITE dans l’UNITE, c’est possible.

CONCOURS Candidat n°2

Posted by admin On novembre - 15 - 2010 14 COMMENTS

Candidat N°2

‘’Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits’’. Ainsi fut proclamé l’article premier de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. En fait, il s’agit là d’une égalité juridique instituée en vue de pallier les différences d’ordre physionomique, idéologique, économique, politique, social, moral, intellectuel, spirituel et surtout et particulièrement culturel qui individualisent voire opposent une personne à une autre. Un cliché social habituel tend à associer le concept de diversité à une idée de discrimination, de conflit et même de guerre. Cependant, un tel stéréotype s’avère être faussé dans la mesure où les circonstances démontrent qu’il peut tout à fait en être autrement.

Par ailleurs, est-il justifiable et justifié le fait de marginaliser son prochain sous prétexte qu’il soit né sous un teint moins clair, qu’il se vêtisse d’un sari, qu’il se recueille dans une synagogue, qu’il habite une hutte ou qu’il fasse l’objet d’une incinération au temps où il ne sera plus ? Même si notre interlocuteur parle russe ou polonais, préfère le kilalaka au vakodrazana, se sert d’une fourchette, d’une baguette ou même de la main au déjeuner, il n’en pas moins un être humain, comme vous et moi. C’est notre alter ego qui mérite tout autant le respect.

Il faut un peu de tout pour faire un monde et l’union fait la force, dit-on souvent. Le pluralisme culturel sous tend ainsi une certaine complémentarité entre les individus et les divers groupements sociaux. Ce rapport d’utilité et d’intérêt est d’ailleurs si bien formulé dans le célèbre proverbe malgache ‘’Izay tsy mahay sobika,  mahay fatram-bary’’. Il s’en suit que le progrès social résulte inéluctablement d’une interaction harmonieuse entre les hommes par essence même différents. Une influence réciproque se traduisant par un dialogue constructif d’une part, et par un partage de savoir-faire, de technologies ainsi que de systèmes de valeur d’autre part. Toutefois, l’instauration d’une telle harmonie sociale ne saurait être effective que par la conscience que devrait avoir tout un chacun de cette nécessité de vivre ensemble, doublée d’une volonté commune de cohabitation.

La diversité s’inscrit dans un contexte d’apaisement social et de préservation des relations  interpersonnelles en ce sens qu’elle constitue un moteur incontournable de la prospérité tant économique qu’intellectuelle. La déclaration de l’UNESCO, du 02 Novembre 2001 sur la diversité culturelle, est même allée plus loin en lui reconnaissant la valeur de Patrimoine Commun de l’Humanité. Cette institution spécialisée des Nations Unies considère en effet que ‘’la multiplicité des formes par lesquelles les cultures des groupes et des sociétés trouvent leur expression’’ est une richesse internationale inestimable dont la protection incombe à tous les Etats sans distinction. Sa promotion se doit, par conséquent, d’être au premier plan de tout programme de développement digne de ce  nom.

En définitive, l’aboutissement à une véritable paix sociale implique qu’il soit posé comme postulat : ‘’la diversité est un atout et non un boulet pour la société’’. Se mettre en diapason avec l’autre commence, en premier lieu, par la reconnaissance de son existence, passe par la tolérance de sa dissemblance pour enfin arriver à une compréhension mutuelle. Cette dernière se trouve considérablement favorisée, à l’heure actuelle de la mondialisation, par l’essor accru des NTIC ou Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. La mission des media consiste, dans ce cas, dans la mise en avant de la spécificité de chaque groupe social et de l’interculturalité par le biais de diffusions culturelles diverses. L’objectif étant de faire connaître et d’appréhender l’autre dans sa disparité et non de verser dans une sorte d’acculturation au point de renier complètement son identité et ses valeurs originelles. Pour cette question, il importe de se remettre à la bonne faculté de discernement de chacun. L’enjeu en est de taille.

CONCOURS Candidat n°1

Posted by admin On novembre - 15 - 2010 ADD COMMENTS

Candidat N°1

Nous courons inlassablement vers la richesse, la gloire et la célébrité qu’il nous arrive souvent de devenir inhumains. Souvenons-nous qu’ici bas nul n’est éternel. Pourtant, nous ne cessons de chercher les moyens d’envenimer nos vies à plaisir. L’égoïsme, l’envie, l’amertume, l’antipathie, l’ingratitude, le ressentiment, la rancœur, tout cela contribue à la détérioration de nos rapports sociaux qui, très certainement aboutira un jour ou l’autre à un conflit. Certes, il n’y a pas de malheur sans cause, et il n’est pas exagéré de dire que nous sommes les principaux responsables de nos adversités. Il est évident que nous sommes tous unique. D’ailleurs, c’est ce qu’il y a en nous qui caractérise notre différence. Mais, quel que soit notre classe sociale, notre niveau intellectuel, notre idéologie, notre ethnie, notre foi, une chose est certaine : nous avons tous droit à une vie sereine. Il faut savoir que la sérénité complétée par la paix nous offrent le bonheur extrême.

Il est incontestable que nous avons besoin des autres pour pouvoir vivre paisiblement surtout que nous sommes tous dépendants. Puisqu’il en est ainsi, nous devrions apprendre à nous comporter comme il le faut pour que nous puissions vivre en harmonie avec notre entourage. Le mieux est de savoir reconnaître nos erreurs pour pouvoir apprendre d’elles. De plus, il est indispensable de voir nos qualités afin que nous ayons confiance en nous-même.

Il est probable que nous sommes faits pour vivre en communauté puisque ensemble, nous pouvons faire beaucoup alors que la solitude ne nous mène à rien. Le seul moyen raisonnable d’éviter l’isolement est d’apprendre à aimer les autres surtout ceux que la vie nous a confiés. A vrai dire, soyons en bons termes avec tout le monde. Il est curieux de constater que nous sommes entrés dans une époque où il est possible à toute personne de demander tous sans se soucier du fait que cela peut paraître impossible. Nous avons tendance à compliquer nos vies, c’est sûr. De toute façon, nous devons exprimer clairement et simplement ce que nous pensons. Il est bon de souvenir, cependant, que parfois le silence nous apporte la paix. En tout cas, nous avons intérêt à écouter les autres.

En règle générale, nous avons tous droit à l’erreur. Alors, ce sera merveilleux si nous n’avons rien à reprocher aux autres. Et puisque ces derniers ne seront jamais comme nous le souhaitons, il est bien mieux de les accepter tels qu’ils sont plutôt que de vouloir les changer. Evidemment, personne n’est infaillible. Ainsi, il est de notre intérêt de savoir pardonner d’autant plus que la rancœur et le ressentiment gaspillent notre énergie. Il est intéressant de noter que non seulement le pardon est un soulagement mais aussi un don de paix.

Il est de fait que la gratitude est très indispensable dans la vie en société. Mais, nos remerciements sont-ils sincères ou simplement engendrés par la routine et les exigences arbitraires de la vie mondaine ? Dans tous les cas, l’essentiel est d’avoir la volonté de s’autoriser à ressentir et à exprimer de la reconnaissance. De plus, celui qui sait remercier a l’estime de tout le monde.

Il va sans dire que nos jours sont des soucis. Cependant, cela ne nous empêche pas de profiter de notre vie et de l’apprécier à sa juste valeur. Il est très important de ne pas oublier que notre réussite ne dépend que de nous. Ainsi, nous avons besoin de toute notre force pour faire face aux malheurs de cette vie. En effet, il est de notre devoir de répandre de l’affection autour de nous afin de semer l’espoir et la paix dans ce monde. Un monde qui est sans doute merveilleux malgré ses cruautés, ses méchancetés, ses désenchantements et ses faussetés. Au fait, il nous semble que notre monde est joyeux quand nous sommes en paix. Alors, décidons d’être en paix : mettons fin à tous nos différends et unissons nos forces pour bâtir un avenir meilleur. Enfin, QUE LA PAIX REGNE A MADAGASCAR.

PARTICIPER A UN T’CHAT, QUELS AVANTAGES ?…

Posted by admin On octobre - 22 - 2010 ADD COMMENTS

TCHATT sur : « Relations Ados/Jeunes – Parents : Ton témoignage » (en langue française)

Ce sera donc le thème de ce premier T’CHATT. Cette discussion se fera ce samedi 13 Novembre, La séance aura lieu l’après midi de 13h à 15h GMT soit de 16h à 18 h à Madagascar ou encore de 14h à 16 h en Europe Occidentale donc de 8h à 10 h au Québec.

A ) POUR TOI QUI HABITES MADAGASCAR et particulièrement Tana, il y a 2 possibilités :

1- Tu veux y participer gratuitement et en plus recevoir un Cadeau de notre Partenaire ZAIN MADAGASCAR, viens donc T’chatter au Cybercafé « AMPEFNET ». Ce dernier se trouve dans le quartier d’Ampefiloha juste à côté de l’immeuble FIARO. Renseignes-toi et surtout INSCRIS-TOI vite sur admin@psymada.com en envoyant les Infos suivantes : Nom, Prénom, Pseudo, Âge et Téléphone. Attention, Nombre de Places limité !…

2- Tu veux y participer par tes propres moyens, via ton ordinateur ou de n’importe quel autre cyber.

C’est toujours mieux de s’inscrire car le nombre de participants sera aussi limité. Pour ton inscription, envois aussi un courriel à admin@psymada.com avec les mêmes infos : Nom, Prénom, Pseudo , Âge et Téléphone

B ) POUR TOI QUI RÉSIDES EN DEHORS DE LA GRANDE ÎLE, en raison de la limitation des places, ce serait aussi préférable de t’inscrire avant la date du Samedi 13 Novembre. Pour tout renseignement admin@psymada.com.

Pour l’inscription, envois les mêmes Infos : Nom, Prénom, Pseudo, Âge et Téléphone

.

Dans tous les cas, que tu résides Madagascar ou en dehors des frontières de la grande île, saches que :

Ce T’chat sera le point de départ des activités du Club. Ta participation te fera déjà bénéficier d’un BONUS si par la suite tu t’inscris au CLUB de PSY-JEUNESADOS, que ce soit dans CLUB MADA ou dans CLUB D’AILLEURS (voir Lien)

 

La finalité de ce Blog c’est toujours de t’initier à la préparation et la réalisation de projets qui par la suite vont favoriser les échanges entre jeunes, qu’ils soient d’un même pays ou mieux de pays différents.

.

L’Administration

CONCOURS DU MEILLEUR ARTICLE (Hors Compétition)

Posted by admin On octobre - 17 - 2010 1 COMMENT

LE NOMBRIL D’ADAM

.

Un jour, j’ai remarqué avec mon père que dans le tableau de Michel Ange, sur le plafond de la chapelle Sixtine, « création d’Adam », Adam a un nombril. Vous devez bien sûr vous demander : Mais quelle importance ?

Et bien justement, cela en a une. Adam est le premier homme n’est ce pas ? Alors pourquoi aurait-il un nombril puisqu’il n’a pas de mère et donc, pas de cordon ombilical !

Dans certains articles d’internet, plusieurs sites nous disent qu’au XVIIème siècle, Jean-Baptiste Santerre était un partisan acharné de l’anomphalie, ce qui désigne quelqu’un qui pense qu’Adam n’a pas de nombril.

Il fit scandale l’année de sa mort en exposant un tableau qui sera son chef-d’œuvre, « Adam et Eve au paradis terrestre », non pas parce qu’ils étaient nus ni même parce qu’on pouvait deviner les traits d’un homme politique et de sa maîtresse mais tout simplement parce qu’ils étaient anomphal (sans nombrils).

En décrivant mon point de vue, je dois dire que Santerre devrait avoir raison, mais est-ce une erreur de Michel Ange ou était-ce un signe de sa non-croyance en l’existence d’Adam, nous ne le saurons jamais…

D’autres disent aussi qu’il se pourrait que ce soit le cracha de Satan qui serait donc resté par la suite sur les êtres humains.

A vous de vous faire votre point de vu, de croire en ce que vous voulez mais, si vous allez au Vatican, dans la Chapelle Sixtine, observer bien le nombril d’Adam !

.

Clara (Dijon)

Cet  article est hors compétition mais  Psymad a décidé de l’éditer pour son originalité.

D’ailleurs, grand merci à Clara qui habites Dijon (France) pour cette participation d’au delà des frontières.  Nous invitons aussi les internautes des quatre coins du monde à nous envoyer des articles.

Enfin, nous remercions d’avance tous ceux qui vont enrichir ce thème grâce à leurs commentaires.

CONCOURS DU MEILLEUR ARTICLE ( Non sélectionné)

Posted by admin On octobre - 10 - 2010 1 COMMENT

1) AIDEZ-NOUS

.

Actuellement, les adolescents et  jeunes de Diego sont devenus à la une des  sujets préoccupants. Ils s’empirent de plus en plus. Pourquoi ? Quelles sont les causes ? Revenons  d’abord à une histoire. Les jeunes Malgaches, avant  la mondialisation, s’intéresse  à la culture malgache. La mondialisation a été introduite à  Madagascar, les Malgaches deviennent de plus en plus acculturée. Alors les jeunes qui vivent dans les pays en voie de développement imitent littéralement, ce qu’ils ont vu. D’où  la naissance des « Koroko », c’est-à-dire les jeunes branchés. Ils imitent les jeunes Français ou les américains. Leur manière de s’habiller, leur mode de vie ainsi leur façon de parler. Ils ont même pris le nom de leur groupe, exemple : « Troupe de choc, man in black ». Ils  ont leur langage. Ils se comprennent  quand ils discutent. Chaque quartier en possède. Des années ont passé,  vu l’évolution des technologies, des Internet les jeunes de Diégo s’enfoncent dans le  noir. Ils s’engouffrent dans l’acte de banditisme. Ils deviennent des voleurs et même des criminels. Ils  attaquent en plein jour. Ils sont partout, au marché, dans les quartiers. Ils volent  tout ce qu’ils trouvent quelques choses  de valeureux sur quelqu’un (téléphone, argent, des bijoux).S’ils ne trouvent pas ce qu’ils veulent, ils le blessent ou même le tuent. À partir de 18 heures, les gens  du quartier, les chauffeurs de taxi, tous ont peur de partir seuls dans le noir. Ce ne sont pas seulement des jeunes garçons  qui font ce genre d’attaque. Des jeunes  filles se collaborent avec eux. Un chauffeur de taxi a expliqué  que les jeunes filles  font semblant d’arrêter un taxi pour faire sa course. Au moment  où elles disent qu’elles  sont arrivées à leur destination, les jeunes garçons s’introduisent et attaquent. Ce sont des « foroches ».Des jeunes qui sont violents. Ils ne reculent devant rien, sauf en apercevant les forces de l’ordre. Le « foroches », c’est le nom qu’ils choisissent. Ils sont entre 12 ans à 25 ans. Ils ont un chef de groupe. Chaque quartier, les gens sentent leurs présences. On peut trouver 120 à 130 jeunes et adolescents dans chaque quartier. Quand ils attaquent, 30 jeunes apparaissent en même temps. Ils n’épargnent personne, des jeunes comme eux, des adultes, que ce soit  filles ou garçons. S’ils se croisent sur leur chemin, ils l’attaquent. La plupart d’entre eux sont à Diego mais maintenant ils commencent à se disperser  dans les autres districts comme Ambanja, Nosy Be, Ambilobe. Des mesures ont été prises par des différentes autorités mais en vain. Au contraire, ils se multiplient au  jour le jour.

Les jeunes « foroches » ne sont pas responsable de leurs sorts. Parce que ils n’arrivent   pas à faire un acte de barbarisme s’ils ne sont pas drogués. Ils ne sont pas conscients de ce qu’ils ont faits. Ils ne rendent même pas compte que ceux qui le demandent à faire cet acte les exploitent.

Mathilde

.

Soyez nombreux à écrire des Commentaires sur cet article!… Grâce à vos appréciation, son auteur va peut être mériter un prix de participation!…

Mathilde mais aussi Psymad attendent vos participations.  Merci pour elle!…