mercredi 25 janvier 2017

MONS  VILLE  CULTURELLE

Contrairement aux autres régions où prospéraient les houillères et les hauts fourneaux, Mons est peut-être celle où leur impact structurel et environnemental est le moins perceptible. La capitale du Hainaut possède même des bâtiments et des lieux qui font partie de la fierté architecturale de la Wallonie voire de la Belgique. Pour ne citer que sa Grande Place avec son Hôtel de ville dotée d’une partie de style gothique, complétée par le campanile de style renaissance, une cloche plus ancienne (1390) et les bâtiments annexes ayant chacun leur histoire et leur style. Non loin de là, le Théâtre Royal de style néoclassique puis la Collégiale gothique de Sainte Waudru, de type Brabançon dont le début des travaux date de 1450 et la nef terminée seulement en 1621. Citons la Maison dite Espagnole également de style gothique mais faite en brique comme beaucoup de bâtiment construite après l’incendie de 1548. Parmi tant d’autres encore, notons le plus prestigieux, le Beffroi, ce monument baroque de 87m qui servait pour guetter le feu et l’ennemi et qui date du XVll è siècle. Il est classé Patrimoine Majeur de Wallonie depuis 1936 et enfin comme Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis le 1er décembre 1999. Notons que sur les dix sites reconnus par l’Unesco dans toute la Belgique, trois sont situés dans la région de Mons dont les Ascenseurs hydrauliques pour bateaux du Canal du Centre et Les Mines de silex du néolithique à Spiennes. Au-delà des sites et monuments, Mons et sa population possèdent également un folklore d’une valeur inestimable. Citons le plus connu, la Ducasse encore appelée Doudou, reconnue également chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’Humanité par l’UNESCO. Une Ducasse étant une fête traditionnelle durant laquelle la population célèbre son Saint Patron.
Cet évènement dure une semaine et débute le weekend  de la trinité. Dans un premier temps, il y a la procession qui célèbre Sainte Waudru, la fondatrice de la cité. Selon un rituel bien précis, les reliques sont préparées la veille et placées dans un Car d’Or pour la sortie du lendemain. Le trajet dans la ville est bien déterminé et le cortège comprend les diverses confréries et corporations qui depuis le moyen âge ont fait la richesse et la puissance de la ville de Mons. La remontée d’une seule traite de ce Car d’or lors de la dernière montée avant la collégiale signifie que la Ste WAUDRUville ne subira aucun malheur. L’autre moment de la cérémonie est représenté par le Combat dit Lumeçon. La mise en scène se passe sur la grande place et devant la population de Mons qui assiste au combat de Saint Georges contre le Dragon. Pendant tout le combat, les plus courageux du public essaient de tirer un crin porte bonheur de la queue du monstre. Ce dernier, à la fin est terrassé par le chevalier et La foule enthousiaste scande en même temps  » Et les Montois ne périront pas ! « .

 DSC_1585

.

PLAN :

l –  HISTORIQUE 

ll – GÉOGRAPHIE & DÉMOGRAPHIE

lll – MONS – VILLE  CULTURELLE

lV – MONS – VILLE UNIVERSITAIRE

V  – RENCONTRE AVEC LE CHEF DE CABINET DU BOURGMESTRE DE MONS

Vl – CONCLUSION

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.