mardi 24 janvier 2017

LE CERVEAU DE L’ADOLESCENT

Posted by admin On mai - 10 - 2012 ADD COMMENTS

.

Combien de parents, autant d’enseignants se posent les mêmes questions vis à vis des Ados : Qu’est ce qui s’est passé, comment cela s’explique t’ il que cet enfant ait autant changé ?… Lui qui était volontaire et respectueux, il est actuellement nonchalant et impertinent ! Et elle si bavarde et si enthousiaste, pourquoi elle s’isole et elle devient si boudeuse voire secrète ?… Au pire, les parents se trouvent désarmés et se culpabilisent voire à la longue démissionnent !… Quant aux profs, et surtout avec 30 ados, 40 voire plus dans la classe, plongés dans  » une cacophonie d’humeur et de comportement « , assez souvent ils se retrouvent débordés voire abandonnés !…

.

Voilà pourquoi, l’Unicef avec l’Université Catholique de Madagascar et grâce au savoir du Professeur P-A Michaud, ont organisé cette Conférence sur  » les Secrets du Cerveau de l’Adolescent «  . L’exposé a été suivi d’un débat qui a vu la participation remarquée du Dr Raharison de Psymada, dont les interventions ont montré qu’au XXlème siècle, l’éloignement par rapport à l’Europe ne constitue plus un obstacle par rapport à l’acquisition des nouvelles connaissances dans le domaine des neurosciences. Malheureusement, le temps était trop court et les personnes présentes n’ont pas eu le temps de poser toutes les questions auxquelles elles auraient bien voulu avoir des réponses pour essayer de mieux résoudre les problèmes du quotidien avec les ados (c’était le cas des éducateurs, médecins, psychologues et même étudiants voire parents)

En somme, il faudrait vraiment penser à organiser des Formations plus ciblées voire des Ateliers qui pourraient regrouper les personnes intéressées selon les catégories, qu’ils soient enseignants, éducateurs, parents et même les jeunes eux-mêmes. Et justement, l’idéal serait d’avoir la participation de Psymada dans ce genre d’activité !…

Faites passer le mot !…

.

Jean Chri

.

 

 

 

UCM

Photo DSCF7958

Photo DSCF7959

Photo DSCF7960

Photo DSCF7962

Photo DSCF7963

Photo DSCF7964

Photo DSCF7967

Photo DSCF7968

Photo DSCF7970

Photo DSCF7972

Photo DSCF7983

Photo DSCF7973

Photo DSCF7974

Photo DSCF7975

Photo DSCF7985

Photo DSCF7976

Photo DSCF7981

Photo DSCF7987

Photo DSCF7988

Photo DSCF7986

Photo DSCF7993

Photo DSCF7995

Ci-dessus, les Photos de cet évènement.

Les Ados & l’ Amour

Posted by admin On mai - 3 - 2011 ADD COMMENTS

.

Tel est le thème de la Discussion Débat entre Psymada-Jejoo et les Elèves du Lycée Jules Ferry de Faravohitra qui a eu lieu le Vendredi 15 Avril 2011; séance dirigée par Dr RAHARISON Andrianaina et assistée par le chanteur Princio. Nous remercions les élèves Tifany, Rolf, Tatiana,Mamizara, Fitiavana, Rina, Fidelys et tous les autres qui ont posé les questions et participé au partage lors de cette journée. Psymada remercie également ce Lycée de Faravohitra par l’intermédiaire de son Censeur Mr RANDRIANARIVO Liaha et notre Partenaire, le journal Jejoo. Pour la facilité de la rédaction, nous avons regroupé les interventions sous forme de Grandes Questions plus pratiques et nous y avons rajouté certaines remarques supplémentaires (en italique) pour compléter nos réponses.

 

L’Amour en question

Il est important de noter que l’Amour est un sentiment profond que la majorité d’entre nous jeune ou moins jeune, rencontre à un moment de sa vie. L’Amour est à ne pas confondre avec le Désir ou l’Envie physique qui est une pulsion qui peut nous pousser à vouloir juste posséder quelqu’un même si l’Amour peut d’emblée s’accompagner voire se déclarer par cette même envie.

Pour compléter ce premier point, sachons également que l’Amour est avant tout un sentiment que nous recevons de par nos parents et essentiellement de notre mère. Un enfant qui n’a pas reçu de l’Amour aura des difficultés à en donner à son tour. L’Amour se vit et se transmet autrement que par des suppositions et beaucoup plus que par de simples mots. Par contre, lors de ses manifestations, les mots peuvent être un plus non négligeable !…

 

 

Y-a-t’il un âge idéal pour l’Amour?

Un individu peut éprouver de l’Amour à n’importe quel âge de sa vie mais c’est sa manière de le manifester qui diffère. Enfant on peut déjà avoir un sentiment de bien-être en étant avec un autre enfant du sexe opposé; c’est le cas du petit bout en grande section qui dit être amoureux de sa petite copine de classe. C’est cette notion de complémentarité qui se manifeste par une envie de jouer avec elle ou juste le besoin d’être en sa compagnie. Toujours est-il que ce sera encore l’Amour de Maman ou de Papa qui va primer à ce stade là.

En grandissant et particulièrement à l’adolescence, les modifications physiques et psychiques liées aux hormones vont pousser l’ado à s’éloigner des parents et à aller vers l’Amour: celui qui fait rêver tous les jeunes, preuve « d’Indépendance » et image de cette capacité à faire comme les grands ou plutôt comme un(e) Grand (e): son Idole.

Précisons que si l’Amour a toujours été une « découverte » ou une rencontre en fonction de l’âge et des circonstances de la vie, de plus en plus avec la Communication et les médias, les différentes étapes qui survenaient plus ou moins naturellement, de nos jours nous tombent carrément dessus. En fait, c’est à l’image de notre rythme de vie et de notre siècle. Et cela doit rendre nous les parents de plus en plus vigilants par rapport aux contacts de nos enfants vis-à-vis des médias et d’Internet en particulier.

.

 

 

Que penser de l’Amour entre un garçon de 17 ans et une fille de 13 ans.

 

Dans la tranche d’âge “jeune ado”, les différences en années sont normalement à l’origine d’autant de différences en mentalité et en comportement. La jeune fille dont il est question semble encore très attachée aux valeurs que lui ont transmises ses parents. Le garçon lui, veut l’entraîner vers diverses tentations, jouent sur les sentiments et faisant même parfois usage de chantage affectif.

Dans la pratique, l’âge de 14 – 15 ans est un tournant qui est parfois décisif, s’agissant de la limite que va avoir ou non un(e) ado. C’est pour lui ou elle une période de « grande confrontation » entre d’une part les conseils et les dialogues effectués ( ou pas) depuis des années par les parents et d’autre part l’influence du ou des copains ainsi que l’ensemble de son environnement. L’inconnu et le désir d’être ou de faire comme les autres seront toujours très tentants mais l’Amour c’est à dire la compréhension et l’esprit de confiance que lui manifestent ses parents lui seront d’un grand soutien pour sa stabilité.

 

 

Si tu ne fais pas ce que je te demande, c’est que tu ne m’aimes pas !…

Cette question revient souvent même par rapport à l’Amour chez les adultes. Posons-nous juste la question: « L’Amour, c’est l’amour de soi même ou est-ce l’amour qu’on a pour l’autre ? » Faut-il donc que je pense à moi d’abord ou faut-il penser autant à celui ou celle qu’on aime qu’à nous deux en même temps !… Il n’est donc pas question d’Egoïsme ni d’Egocentrisme comme on peut rencontrer encore trop souvent mais plutôt de « Partage ». Le mot en malgache “ Pifankatia ” le traduit très bien !…

 

Peut on sortir avec deux ou plusieurs personnes à la fois ?

La loi ne punit que ce que l’on appelle « Adultère », c’est-à-dire la personne déjà mariée qui sort ou qui a une relation avec une tierce personne. En ce qui concerne notre thème, il est question d’Amour donc demandons nous si nous trouvons normal que nous disions aimer une personne et qu’en plus nous sortons avec une autre ?… Précisons que par rapport à notre thème du jour, il n’est pas question d’Aventure mais d’Amour.

 

 

Chez un ado, flirter ou avoir un(e) petit(e) amie(e) fait-il mauvais genre ?

Pas du tout sauf qu’il y a des moments et des limites à respecter!… Il y a des faits et des actes qu’on ne fait pas à 13 ans comme il y a ceux qu’on ne devrait pas faire à 16 ou encore à 18. Et ce sont les parents qui devraient leur en parler et leur expliquer par rapport à ces différentes limites. Le problème vient du fait que les parents la plupart du temps ne font qu’interdire et dire du mal de tel ou tel acte. Pas d’explication et peu ou pas de discussion, ce qui la plupart du temps pousse encore plus le jeune à aller tête baissée ou juste se fier à l’un ou l’autre copain.

 

Notre pratique met en évidence certains points :

 
Beaucoup de parents malgaches restent très attachés à la tradition :
  • Aimer, pas question avant la fin des études
  • Aimer, pour une fille, c’est se donner à un seul homme, celui pour qui elle va se consacrer. Elle sera sa femme et la mère de ses enfants.
  • Pas question d’Acte sexuel avant le mariage donc pas question d’être seul ou de sortir seul avec un garçon jusque là.
 
Au contraire, trop de jeunes sont confrontés presque quotidiennement aux bouleversements et même aux grandes tentations véhiculées par la modernité et la complète libération des mœurs.

 
Ces situations extrêmes ne favorisent pas du tout la sérénité chez la plupart de nos ados. De telles situations favorisent aussi de plus en plus les dissensions entre l’ado et l’adulte en général. Le Psy que nous sommes ne doit en aucun cas obliger un ou des parents par rapport au choix du type d’éducation qu’il veut donner à son enfant. Par contre son choix impose de sa part des responsabilités, c’est-à-dire un suivi donc forcément des échanges et des séances de partage. Au fur et à mesure, une évaluation voire une remise en question pourrait s’avérer nécessaire de la part de cette autorité parentale. Et c’est justement ce qui peut différer le rôle de parent avec celui de Chef d’Entreprise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Amour peut-il entraîner des limitations concernant l’Objectif dans la vie de quelqu’un ?

Oui car à 13 ans par exemple n’importe quel ado ne sera capable de fournir en même temps l’effort nécessaire aux études et la gestion d’une Relation Amoureuse !… Il est encore une fois question de moment et de limite. De toutes les façons, se voir tous les jours alors qu’on est encore aux études ne peut que nuire à la bonne marche de la scolarité. Sans oublier les petites disputes avec leurs conséquences et qui peuvent toujours survenir tout au long d’une liaison entraînant de plus en plus de perturbations sur chacun des amoureux.

.

Est-ce qu’être avec quelqu’un m’oblige à avoir des Relations Sexuelles avec (elle) lui ”?

Pas du tout!… L’acte sexuel et surtout la « Première Fois » est un choix !… elle ne doit en aucun cas être un hasard ni juste une occasion et encore moins une obligation !… Cela doit être un Acte Réfléchi !… Certaines personnes ont décidé de le faire avec l’élu de leur cœur, d’autres n’attachent plus autant d’importance à cette valeur. N’empêche, pour l’avenir sexuel et surtout l’équilibre psychologique de la personne, un minimum de conditions doit être rempli. Par exemple : Toi et moi, sommes-nous suffisamment prêts ? (car c’est un acte qui se fait à deux bien sûr). Est-ce le bon moment, le bon endroit, etc?… Encore une fois, c’est tout à fait logique qu’au moins un des parents ait déjà parlé avec l’ado à un moment ou l’autre de cet instant important de la vie de l’individu !…

 

Comment dire aux parents qu’on a un (e) copain (ine)?

Ce n’est pas une vérité que l’on balance facilement comme ça! Parler d’intimité est toujours difficile et même très difficile. Parler de soi à ses parents et de ce que l’on fait en dehors du foyer familial n’est déjà pas facile. D’ailleurs, pour l’enfant, ce sera plutôt la pudeur ou tout simplement la crainte qui sera le premier frein par rapport à une telle discussion. Cette difficulté qui est d’ordre affective s’explique même de manière paradoxale du côté parental. D’un côté ils vont aussi éprouver cette gêne liée à la pudeur mais d’un autre côté, il y a aussi une forme de jalousie à l’origine « d’un droit de regard », « un droit d’ingérence » et parfois même « un droit de propriété ». Ce qui tôt ou tard, va générer de leur part et même involontairement, quelques maladresses aussi bien dans les gestes que dans les paroles. Et forcément, cela va butter contre le désir de changement et d’indépendance de l’Ado.

Pour pallier à tout cela il faut encore une fois une bonne dose de confiance et de compréhension!… Et cela s’acquiert avec les discussions régulières voire quotidiennes. Les deux parties ont donc le devoir de se parler, d’échanger. Il est clair que depuis le jeune âge des enfants, ce sont les parents qui doivent instaurer cette atmosphère et je dirai même cette « Culture du Partage ». Et ce sera au fur et à mesure des différentes discussions (sur les études, le sport, les amis,…) que le sujet du (de la) petit(e) copain (ine) viendra assez normalement dans la conversation.

 

Justement, pourquoi les parents ont peur de parler à leurs enfants ?

 

Nous avons beau être médecin, avocat, chef d’entreprise, en tant que parents, certaines situations peuvent nous faire perdre nos moyens ou nous faire manquer de confiance en nous !… Ce qui peut déjà être une raison pour éviter toute discussion avec nos ados. Nous pouvons aussi nous dire que mieux vaut se taire que dire des choses fausses ou qui risquent d’être mal interprétées. Ou encore parce que c’est délicat de parler de sujets qui nous dérangent soit de par notre passé ou de par notre statut de parent ?…

.

 

Dr Raharison

Ados et Sorties

Posted by admin On février - 9 - 2011 ADD COMMENTS

(Lahatsoratra nivoaka an-gazety ny Alarobia 09/02/2011)

.

.

.

Ados et Sorties

.

Araka ny efa nampanantenaina tato anatin’ny gazetintsika dia hiroso hanatona bebe kokoa ny adolantsento ihany koa ny Jejoo amin’ity taona ity ka ny tao amin’ny Lycée Andohalo no nanombohana izany. Ny lohahevitra « Ados et sorties » no nosafidiana noho ireo tanora mitaraina amin’ny fananana olana amin’ny fivoahana ny trano amin’ny ankapobeny. Ny Dr Raharison (psychothérapeute sy neuropsychiatre) sy Raboussa no namelabelatra ny lohahevitra nianga tamin’ny fanontanian’ireo mpianatra, raha nanentana kosa ny ekipan’ny Jejoo. Zaraina aminao ny famintinana ny zava-nitranga.

 

 

—————————————————————————————————————-

 

Fanontanian’ny mpianatra

 

  • Miera hanao « basket » aho dia tsy mahazo satria heverin’ireo Ray aman-dreny fa hanao zavatra hafa?
  • Rehefa manao hadisoana ao an-trano dia lazaina fa lehibe izahay, kanefa rehefa hoe handeha hivoaka dia lazaina fa mbola kely ?
  • Diso ve raha mandainga satria tsy avelan’ireo ray amandreny mandeha raha miteny ny marina ?
  • Fa maninona no rehefa vehivavy no maka ahy ao an-trano dia manakana ny ray aman-dreny ?
  • Inona no tena mahatonga ny ray aman-dreny handrara anay tsy hivoaka
  • Ahoana no atao handresena lahatra ny ray amandreny?…

Santionany amin’ireo fanontaniana napetraky ny mpianatra nandritra ny fotoana famelaberana sy fifanakalozan-kevitra ireo. Voabangon’ireo ny ahiahy sy ny “zavatra” tsy azon’ireo tanora mahakasika ny fivoahana ny trano toy ny fandehanana mamonjy fety, anniversaire na programa hafa…

—————————————————————————————————————–

Hevitry ny Matihanina : Dr Raharison Andrianaina

Avy amin’ireo fanontaniana ireo rahateo no nahitan’ny psycho-térapeuthe sy neuro-psychiatre dia ny Dr Raharison fa mbola misy fankatoavana ny Ray amandreny ny tanora Malagasy raha mihoatra ny tanora ivelan’i Madagasikara, izay nambarany fa efa maro no tsy miraharaha izany fierana amin’ny ray amandreny izany akory raha mikasa ny hivoaka. Mbola hita soritra ihany ny fankatoavana ny ray amandreny na dia maniry mafy ny hiaraka amin’ny namana aza.

Nohazavainy ihany koa ny maha samy hafa ny fomba fijerin’ny ray amandreny sy ny tanora. Io moa dia miankina amin’ny fiovana misy eo amin’ny olona rehefa mitombo saina, vatana, fanahy izy. Eo amin’ny fahatanorana dia maniry ny hahita zavatra tsy mbola fahitany taloha (tamin’ny mbola kely) ny olona. Rehefa manan-janaka dia efa any amin’ny fiahiana sy ny fitsinjovana ny ho avin’ny faramandimby no alehan’ny saina. Tsy mahagaga izany raha misy tsy mitovy ny eritreritra sy ny tanjona, eny fa na dia iraisana aza ny fitiavana. Etsy andaniny dia mivoatra hatrany ny teknolojia. Mitondra tahotra ho an’ny ray amandreny sahady ny mety ho voka-dratsin’izany fivoarana rehetra izany.

Fifanakalozana no vahaolana

Anisan’ny vahaolana tsara kosa hoy ihany Dr Raharison ny fifanakalozana na ny “partage”. Resahina amin’ireo ray amandreny ny momba ny namana dieny vao nahazo namana vaovao ohatra ary ampahafantarina azy ireo mihitsy ny mombamomba azy ireo. Ny firesahina sy fizarana dia mampitombo hatrany ny fifampitokisana.

Raha misy fivoahana izany dia resahina mialoha amin’ny ray amandreny. Rehefa voaomana mantsy ny ray amandreny dia mety hanaiky ihany izy ireo. Rehefa azon’izy ireo antoka amin’ny fihetsika sy fomba amam-panao isan’andro fa tompon’andraikitra sy azo itokiana ny zanany dia mora kokoa amin’ny ray amandreny ny manome alalana.

—————————————————————————————————————–

Hevitry ny mpanakanto :

Mpanakanto nasaina tamin’ity andiany voalohany amin’ity tafatafa iarahan’ny Jejoo amin’ny tanora ity i Raboussa izay tsy zoviana amin’ny maro, indrindra amin’ireo adolantsento, fa manana ny toerany eo amin’ny sehatry ny mozika Rap. Ny traikefa hitany teo amin’ny fiainana no niaingan-dRaboussa, nentiny nijoro vavolombelona sy nitondra anatra teo amin’ireo mpianatry ny Lycée Andohalo. Raha fintinina tsotsotra izay nolazainy dia ny hoe tsy misy afa-tsy ny firesahana sy ny fifanakalozan-kevitra ihany no mamaha olana eo amin’ny zanaka sy ny ray aman-dreny. Aleo, hoy izy, mitsotra ny marina isaky ny hiera hivoaka. Misy mantsy ohatra ny milaza fa handeha hanao « basket » nefa miverina avy any amin’izay aleha dia mamofona toaka. Tsy mahagaga raha tsy matoky intsony ny ray aman-dreny avy eo ka handrara tanteraka ny fivoahana na inona na inona antony. Isan’ny nisongadina tamin’ny voalazan-dRaboussa ihany koa ny hoe : mety ho azo fitahina daholo ny olona rehetra, ny ray aman-dreny, ny mpampianatra sns… fa ny tena no tsy mba azo fitahina mihitsy ary any aoriana any izay vao tena ho tsapa tanteraka izany. Fomban’ny tanora mantsy ny mamorona izao lainga rehetra izao, avy eo faly ery fa tsy tratra. Ireny anefa mazana dia misy akony any aoriana. Araka izany, ilaina ny fahatsorana mba itazonana ny fifampitokisana eo amin’ny tanora sy ny ray aman-dreny.

—————————————————————————————————————-

Hevitry ny mpianatra

Ahoana ny Ray aman-dReninao amin’ny fivoahana ary inona no azonao tamin’ny resadresaka natao teo?

 

Ankizivavy

Elodie, 20 taona: Ilaina ny fifampiresahana. Ny alina aho tsy mahazo mivoaka mihitsy. Ny alina koa no tsy mandeha mihitsy.

Lydia, 22 taona: Ny azoko raisina dia ny hoe mila miresaka foana. Dia tsy mandainga koa fa miteny ny marina foana. Rehefa miaraka amin’ny namana fotsiny aho dia tsy mahazo mihitsy na iza na iza.

Narindra, 21 taona: Mila fifanakalozan-kevitra ny Ray aman-dReny sy ny zanaka. Tamin’ny nisy Kat Deluna izao te handeha aho nefa tsy nahazo satria be jiolahim-boto hono any. Rehefa fantatra tsara anefa hoe miaraka amin’ny “cousins-cousines”, na hivoaka “boîte” aza avelany ihany.

Haingo, 17 taona: Mila mifampiresaka. Milaza ny marina foana, izay no vahaolana. Ny azy, ny mivoaka ny trano fotsiny no tsy tiany.

Ankizilahy

 

Diamondra, 17 taona: Rehefa mivoaka alina fotsiny dia tsy mahazo mandeha mihitsy. Amin’ny atoandro raha miaraka amin’i zokinay dia mahazo mandeha foana. Ny azoko noraisina teo dia hoe : aleo tsy mandainga.

Andrianiaina, 17 taona: Ny azoko noraisina teo dia ny hoe tokony hanaja ny tenin’ny Ray aman-dReny foana.

Fenosoa, 17 taona: Ny fahitako azy dia mila fifampiresahana foana ny Ray aman-dReny sy ny zanaka. Dia ny filazana ny marina. Rehefa hiera aho dia hilaza ny marina foana.

David, 17 taona: Tokony avela hivoaka foana. Milaza ny marina afa aza mandainga.

—————————————————————————————————————–

Hevitry ny proviseur, Atoa Randriamiarina Yvon Olivier

 

Amin’ny maha-olombelona ny tena dia tsorina fa ilaina ny mivoaka, isan’ny zavatra mahafinaritra ny miaraka amin’ny namana, miala voly, miala sasatra. Io fivoahana io ihany koa no ahafahan’ny tanora mahazo fahalalàna amin’ny resaka “savoir-vivre” (fifandraisana amin’ny tontolo hafa). Ny hita anefa dia tena mivoana amin’izay heviny izay ny atao hoe “sorties” amin’izao fotoana. Maro loatra ny andrakandrana ataon’ny ankizy eo amin’ny taoka, sigara, rongony, …izay mitondra vokadratsy betsaka eo amin’ireo tanora, raha tsy ilaza afatsy ny fitondratena hafahafan’izy ireo rehefa avy mandray ireo zavatra ireo ( lasa mahery setra, miroso amin’ny filàna ara-nofo tsy voahevitra,…).

Ilaina ihany koa ny milaza fa tompon’andraikitra feno sy voalohany amin’ny fanabeazana an-janany ny ray amandreny ary ny vahaolana amin’ny olana rehetra dia ny fifaneraserana. Adidin’ny ray amandreny ny mampahafantatra ny loza isan-karazany miandry an-janany amin’ny zavatra tiany atao, ary ny fitaizana dia mety kokoa raha miainga amin’ny zavatra tian’izy ireo. Ilaina araka izany ny mifanerasera amin’ny zavatra rehetra, ary tokony hitovy hevitra hatrany ireo ray amandreny amin’ny fitaizana mba tsy hisian’ny “conflit” indray.

Hamaranako azy dia mampianatra tsikelikely ny ankizy hahaleo tena ny “sorties”, ary raha manaraka tsara ny toromarik’ireo ray amandreny ny ankizy amin’izany dia hitombo kokoa ny “autonomie” sy “liberté” ananany (amin’ny lafiny tsara).

Isaorana ny Lycée Andohalo manontolo, ny Dr Raharison Andrianaina, Raboussa, ny Luminelle Beauté etsy Behoririka noho ny nahatontosàna antsakany sy andavany ity JEJOO ADO voalohany ity. Ao amin’ny Lycée Jean Joseph Rabearivelo ny fotoanantsika manaraka amin’ny volana Martsa.

.

Jejoo

« Les Jeunes et les Sorties »

Posted by admin On février - 9 - 2011 ADD COMMENTS

MATINÉE  DÉBAT   :

.

LYCÉE  D’ANDOHALO

.

.

 » LES  JEUNES  ET  LES  SORTIES  « 

Vendredi 04 Février 2011, au Lycée anciennement dénommé  BAHUT, premier Lycée de la Grande Île  construit en 1908, à la même période que le Lycée Jules Ferry de Faravohitra.   C’est  dans l’amphithéâtre de ce haut lieu de l’Histoire qu’a  eu lieu la première « Matinée  Débat » organisée  par le JOURNAL  JEJOO  et le BLOG  PSY-JEUNES.ADOS  pour les Lycéens de la Capitale.  Le thème du jour, LES  JEUNES  ET  LES  SORTIES, a réuni  les élèves de quatre classes allant de la 2nde à la Terminale autour des Journalistes de Jejoo, du Docteur Raharison de Psy-Jeunes.ados  et du Rappeur Raboussa, ingénieur Agronome  de formation et Promoteur Culturel de sa profession à la Mairie d’Antananarivo.

Après l’introduction de la Rédactrice en Chef  Lalatiana Ramalanjaona, et les quelques  témoignages de jeunes rapportés par ses collègues journalistes, le médecin a pris la parole pour expliquer la raison d’une telle séance. Il a alors noté que malheureusement,de plus en plus,  les membres d’une même famille, n’ont plus le temps de se parler et se donnent encore moins d’instant pour discuter. D’ailleurs, selon le Docteur Raharison, la vie ne délivre aucun mode d’emploi  aux adultes qui vont devenir parents. Aucune formation non plus ne précède ce « métier » dont l’exercice se fait pourtant à temps plein. Il a aussi noté que la manière d’être parent dépend également du  tempérament de celui ou celle qui est concerné.  Sachons enfin que les réactions des parents comme celles des enfants lors des mésententes et surtout durant les disputes, peuvent être très  différentes et voire imprévisibles.  Plus le ton va monter, moins on contrôle nos paroles et plus on risque d’avoir ce qu’on appelle un « Escalade des Réactions » et là tout peut  arriver voire devenir incontrôlable.  Après ces mots, le Docteur demande aux jeunes d’apporter leurs remarques et leurs questions. Il  invite le plus grand nombre à y participer sans crainte et en toute sincérité car ce moment de partage qu’ils sont en train de vivre est unique et ils devraient en profiter.

.

Certaines  Questions des  élèves :

–          Riana : Je joue au basket et je me demande pourquoi mes parents me laissent sortir seulement quand je leur dit que je vais jouer au basket ?

–          Narindra : Pourquoi  quand il s’agit de nos bêtises, les parents nous disent qu’on devrait en avoir honte car nous sommes déjà  grands  et quand il s’agit de sortir, ils pensent que nous sommes trop jeunes pour quitter la maison ?

–          Elodie : Pourquoi plus on nous  l’interdit plus on insiste pour pouvoir  sortir ?

–          Tojosoa : Pourquoi les parents ne pensent qu’à interdire avant tout ?

–          Aina : Pourquoi faut-il qu’on mente pour que les parents nous laissent sortir et qu’au contraire on nous empêche quand on dit la vérité ?

–          Antsaniaina : Pourquoi les parents nous forcent  à dire la vérité alors qu’ils savent pertinemment que cette vérité ne va pas leur plaire ?

–          Tsiory : Pourquoi quand c’est une fille qui vient me chercher à la maison, systématiquement les  parents m’empêchent de sortir ?

–          Tojosoa :  Ne faut il pas dire l’endroit ou l’on va pour que les parents sachent ou on est en cas d’urgence ou d’accident ?

.

Les Points Forts de l’intervention du Docteur Raharison :

Avant tout, je tiens à vous féliciter car déjà, dans l’ensemble, vos paroles véhiculent la sagesse.  On se rend compte  combien le respect des parents reste une valeur sûre chez vous.  On est d’autant ravi car la flamme de la jeunesse n’est pas prête de vaincre l’Amour que vous portez à vos parents. Ce qui n’est pas toujours vérifié dans  certains pays et dans d’autres continents.   Je vous fais même  part des suspicions d’un jeune qui un jour m’a demandé si cette action d’interdire systématiquement de la part de ses parents ne viendrait pas du fait qu’eux-mêmes  étaient  si  coureurs  et  si indisciplinés de leur temps ?  Croyez-moi, ce n’est pas  la raison ! Cette attitude  peut venir du fait que pour un père ou une mère, son enfant est ce qu’il a de plus précieux et il est de son devoir de le protéger à tout prix !… Et avec  tout ce qu’on  voit, ce qu’on entend   puis avec l’évolution incessante des mœurs véhiculée par les médias et la nouvelle technologie, beaucoup de parents  ont peur d’être dépassé. Ainsi, certains  choisissent  une position plutôt défensive allant  jusqu’à  l’Interdiction pensant protéger leurs enfants!…

Cher jeunes, j’avoue, les débats et les échanges d’idées tels que nous réalisons aujourd’hui auraient été davantage bénéfiques  voire productifs s’il y avait eu parmi nous des représentant des Parents. Mais  à défaut, essayons déjà de trouver les moyens même minimes qui pourraient  améliorer les relations que vous entretenez avec vos parents.

Il est important de gagner la confiance des personnes qu’on aime !  A chacun d’en apporter la preuve.  La discussion et le partage au quotidien sont essentiels. Parles très régulièrement à tes parents de ce que tu faits à l’école ou en dehors de la maison. Parles de tes fréquentations  sans  attendre que tes parents te les demandent.  Mets  les en confiance et rassures  les, ils sauront que tu as enregistré  leurs conseils et que leur mission de parents est loin d’être un échec.

D’un autre côté, bien à l’avance,  parles leur  de tes souhaits et de tes éventuels programmes de sortie. Ne jamais les brusquer ni leur  demander au dernier moment. Saches toi-même quelles sont tes priorités par rapport à tes  sorties. Tu peux demander à sortir plusieurs fois, leur faire comprendre combien elles sont importantes  pour toi mais n’empêche par respect, accepter de ne pas y aller. Psychologiquement le fait d’avoir obéis quelques fois à tes parents ne peut  que les encourager  à donner leur accord une autre fois.  Par contre, ce jour là, sache à tout prix respecter les horaires et les différentes conditions  par rapport à  leur autorisation.

Dans toute forme de relation, la Confiance  se gagne comme la garder est tout autant primordiale. Le Respect  est  aussi  essentiel  et  entre deux personnes, jour après jour, ces deux entités ne peuvent que renforcer l’Amour!…

.

La Participation de Raboussa :

Raboussa, dans ses propos a insisté sur le fait que les parents constituent  la Barrière et ce sont eux qui limitent les éventuels risques qui  peuvent survenir à l’enfant durant son développement. Les Parents  sécurisent également son  enfant de tout danger et les diverses tentations  en font partie. Ils protègent leur  enfant  comme  lui-même a aussi pour devoir de respecter les demandes de ses parents. Le rappeur a noté qu’en cas d’autorisation de sortie de la part des parents, le jeune ne doit en aucun cas profiter comme  par exemple boire ou revenir imbibé d’alcool à la maison. En effet,  c’est toujours mieux et il y a plus joie de faire quelque chose avec l’autorisation  des parents que contre leur volonté.

.

Conclusion

Associer  à une même cause, un Médecin  Spécialisé et  expérimenté dans le cadre de la Jeunesse et  un Artiste  qui a la côte auprès des jeunes, constitue une merveilleuse initiative. Et  Psymada  ne peut que  féliciter le Quotidien Jejoo  pour ce beau défi. Et vivement la prochaine Matinée-Débat qui ne peut qu’enrichir  l’Education et l’Expérience de nos Jeunes.

.

.

(Jonhni  et  Dr Raharison)

VISITE DE LA MAISON DES JEUNES A JAMBES

Posted by admin On février - 7 - 2011 ADD COMMENTS

.

Créé en 1963, il est parmi les plus anciens Centres pour jeunes de la Communauté Française et est affilié à la Fédération des Maisons de jeunes de Belgique, Association sans but lucratif (A.S.B.L), indépendante et pluraliste. Entité communale avant 1977, Jambes est depuis devenue une partie intégrante de la ville de Namur, la capitale de la Wallonie. Sa Maison des Jeunes est située en plein centre de la cité, à deux pas de la rue principale et borde les 2ha de verdure qui constituent le Parc Reine Astrid, non loin d’un bel étang et de quelques bâtiments culturels dont le Conservatoire, la Bibliothèque mais aussi le grand Complexe Cinéma Acinapolis. C’est la plus grande maison des jeunes en surface et en capacité d’accueil dans la communauté francophone de Belgique. Elle est attenante à une salle de spectacle, l’Espace Laloux ce qui facilite l’organisation des festivités liés aux activités du centre.

Au nom de Psymada, nous avons visité la Maison des jeunes de Jambes le 25.08.2010. Le centre est réparti sur quatre niveaux. et quand on franchit la porte d’entrée, on est tout de suite dans une grande salle lumineuse qui représente l’accueil avec d’un côté un espace d’échange et d’attente, de l’autre quelques tables qui permettent le travail par petit groupe et encore à côté, un espace numérique. Durant notre visite, parmi les différentes salles, nous avons remarqué quelques unes réservées à la danse et à l’expression corporelle nous faisant comprendre d’emblée que cette discipline fait probablement parti des activités phares de ce centre. Nous avons également noté l’aménagement qui était en train d’être effectué au sous sol, des travaux pour en faire un espace de retrouvaille pour les jeunes avec une buvette, un cyberespace, une salle de jeu voire une salle de projection, de montage et de multimédia.

Nous tenons également à mettre en exergue l’accueil très chaleureux des divers responsables des lieux, une équipe multi générationnelle car l’une des membres travaille même en ces lieux depuis l’ouverture du centre. Revenons tout particulièrement sur le Coordinateur et Animateur Principal du centre, Monsieur Adam-Jamal BELGHITI qui nous a consacré beaucoup de son temps et nous a très gentiment expliqué les grandes lignes du fonctionnement du centre. D’après lui, la philosophie de la MJJ trouve ses racines dans l’esprit humaniste des sociétés démocratiques défenderesses des droits de l’homme et de l’enfant, du droit à l’autodétermination, du respect des différences, du rapprochement des peuples et de la paix dans le monde. Il a aussi expliqué que la MJJ accueille les jeunes de 16 à 26 ans mais selon les demandes, les activités peuvent s’ouvrir aussi bien

aux enfants qu’aux personnes de tout âge. Globalement, pour s’y inscrire, le jeune remplit un formulaire, signe un règlement d’ordre et peut participer aux diverses activités du centre. Les activités sont gratuites et dans le cas où des groupes voire des entreprises demandent à occuper une salle, celle-ci se fait juste sous forme d’échange de services. L’unique objectif est de faire prospérer les lieux et davantage développer cet échange de Valeurs pour tous les utilisateurs et pour les jeunes en particulier.

Dans le cadre de cette éducation permanente dont les maîtres mots sont: « Promotion culturelle, expression et communication, citoyenneté active et environnement planétaire » le centre offre multiples activités dont il faut citer :

1) Un « Comité des Jeunes » : Une fois par semaine une rencontre avec les jeunes et les animateurs, pour décider ensemble des activités, des projets et parler de tous les sujets que souhaite le jeune (Un moment important pour s’exprimer et s’écouter !).

2) Une « Aide aux Devoirs » : Les animateurs proposent leur aide pour les devoirs, les recherches sur internet…

3) Un espace multimédia « Cyber 2000 » : Pour faire des recherches, chatter avec les amis et proches … Le jeune dois juste s’inscrire sur la fiche à ton arrivée, 30 minutes par passage et quatre personnes à la fois !

4) Des « Jeux » et des « Films » sur écran géant…

5) Des jeux de société proposés par la ludothèque « Joue et Ris ». Les jeux peuvent être loués et emportés chez soi en s’inscrivant à la ludothèque !

6) L’atelier cuisine « Le Marmiton » pour découvrir et préparer de la cuisine et de la pâtisserie…

7) Des « Vacances Actives à Jambes » pendant les congés scolaires où différentes activités sont proposées par l’équipe d’animation, Toutes propositions d’activités sont à faire à l’équipe lors de la rencontre du «Comité des Jeunes »

8) Un Atelier Créatif « Le Cercle des Bricol’Arts » pour découvrir différentes techniques (Peinture, dessin, sculpture, graff …)

9) Un atelier « M.A.O » : Pour créer sa propre musique par ordinateur et enregistrer des démos…

10) Un atelier « Vidéo » : Pour réaliser des documentaires, des clips, des montages…

11) Un atelier «News 2000 » : Pour réaliser le petit journal de la MJ…

12) Un atelier « RAP » : Pour écrire les textes et les mettre en scène…

13) Un espace de danse ouvert à tous « Les Ballets du Parc » qui propose différentes disciplines de danse et de la jonglerie,…

.

Conclusion :

Pour Psymada, cette visite suivie du rapport du Dr Raharison puis de nos discussions en réunion de travail ont été la source d’un grand enrichissement en expériences. Il est vrai qu’un minimum de financement est à la base de toute activité mais la volonté de l’équipe, son esprit d’initiative et la communion avec les Partenaires constituent les piliers de la réussite. Nous sommes davantage convaincus que nous ne devons surtout pas attendre d’avoir l’infrastructure et le matériel d’une Maison des Jeunes comme Jambes pour commencer à s’occuper de nos jeunes. Commençons par transmettre les valeurs fondamentales, exerçons nos jeunes à tirer des expériences à partir de ce qu’ils voient ou qu’ils entendent, à apprendre à les appliquer dans leur quotidien et petit à petit à rechercher les moyens pour mieux les développer. Tel est l’Etat d’Esprit que Psymada veut continuer à cultiver chez les jeunes en général et surtout chez ceux résidant dans les pays en voie de développement.

.

.

Mireille

(Dr Raharison)

JEUX / PSY-JEUNES.ADOS

Posted by admin On décembre - 21 - 2010 ADD COMMENTS

.

.

Un Cadeau d’un de nos Partenaires pour le premier ou la première qui trouve la réponse à la question ci-dessous.

Écris ta réponse dans la partie réservée aux commentaires.

Utilise un Pseudo mais tu dois  utiliser une adresse mail valable pour poster tes résultats et pour qu’on vérifie ton identité !…

.

QUESTION   CETTE  FOIS-CI:

RÉPONDS  AU  QUIZ  SUIVANT:

.

L’histoire envoyée par John se passe en Juillet 2008, ce sont deux amis qui se croisent et discutent dans la rue.

–         Bonjour Naivo comment vas-tu ? Cela fait si longtemps !…

–         Bonjour Vonjy, je te présente ma femme Noro et mes trois enfants  Soa, Vero et Andry. En effet, cela fait quelques années qu’on ne s’est pas vu !… Je sortais encore avec Jude à ce moment là mais elle a du rentrer aux Etats Unis après l’attentat des Tours Jumelles.

–          Ce sont tes enfants  là ?… Ils sont beaux !… félicitation. Quels âges ont-ils ?

–         Oui ce sont nos enfants mais pour leur âge, essaies donc de deviner. Comme tu les vois, le produit  de leur âge est égal à 36. A toi de me dire combien ils ont ?…

–         Tiens,  tiens !… Je vois que t’as pas changé. T’es toujours dans les jeux de mathématique. Attends, je vais te dire les âges de tes enfants. C’est facile ça !…

 

STOP !  A TOI DE JOUER !…

Trouves la réponse et envoies la vite à Psymada.  Le (la) premier (ère) qui aura la bonne réponse va recevoir 3 jeux au choix offerts par  » GASCOM  » : PS2 ou PSP ou NDS ou PC ou encore Wïï .

.

ATTENTION : Tu peux aussi envoyer un ou des jeux à mettre sur le Blog pour faire participer les Internautes. Si Psymada sélectionne ton jeu, tu gagnes également des jeux de notre Partenaire  » GASCOM « .

MERCI  DE  TA  PARTICIPATION.

.

L’administration de Psymada


.

Les symptômes d’un esprit troublé se retrouvent chez la quasi-totalité des jeunes actuels: sautes d’humeur, absences momentanées,mutisme… A leur grand dam,leurs parents sont dépassés par cette situation et affichent clairement qu’ils trouvent les préoccupations de leurs rejetons futiles.
Ces ennuis découlent en majeur partie d’un sentiment d’infériorité inconscient qui va causer la jalousie,parfois même l’animosité entre deux jeunes et causer des conflits. Comme dit Oméga,18 ans:
” Si une meuf canon et super bien fringuée se pointe à une teuf, je n’essaierais même plus de me faire remarquer. En plus je serais vraiment jalouse et m’empresserais de dire du mal d’elle. Selon moi ce n’est qu’une frimeuse qui se prend pour le centre du Monde. J’aurais déjà des préjugés sur elle et une amitié entre nous serait difficilement envisageable.”


Pourtant ces pensées négatives gèrent pratiquement toute la vie des ados en ce sens qu’ils sont contrôlés par leurs émotions qui bouillonnent et les transmettent à leurs amis. Pour Diane,17 ans, ce complexe d’infériorité engendre un sentiment d’insécurité permanent: ” Une meuf beaucoup plus cool que moi m’énerve tout de suite, c’est la Miss l’Univers-est-à-moi. Je me méfie d’elle parce que j’ai peur qu’elle me pique ma place: meilleure en mode,en new tendances…etc. Dans ce cas là je me prends la tête tout le temps pour éloigner cette menace.”


Ainsi,si les jeunes prennent conscience de leur potentiel et de leurs qualités uniques,ils seront plus heureux et calmes, sans soucis, hakuna matata… Sedera,20 ans,a cette chance : ” Mon premier réflexe face à un mec intelligent et cultivé est bien sûr de me dire qu’il n’est qu’un vantard qui se croit tout permis. Sauf qu’après je me rends compte que chacun a quelque chose d’unique et de beau en lui. Pour lui c’est la tête mais moi par exemple j’assure en sport. Donc niveau aptitudes et atouts,tout le Monde en a”


De ce fait,il faut que les teens soient fiers d’eux et se rappellent mentalement leurs plus en toutes circonstances. Les relations s’en trouveraient améliorées. ” Si j’en viens à envier un mec dans un domaine quelconque,je sais toujours qu’à un moment ou à un autre il m’envierait aussi si on faisait plus ample connaissance. Je connais ma valeur et mes défauts. Ainsi aucun problème s’il veut devenir mon pote. Pour moi 0 ennemi= 0 souci.” dixit Pacik,19 ans


En définitive, ces embrouilles ennuyant les jeunes disparaîtraient d’elles-mêmes si face à une personne semblant beaucoup mieux extérieurement ou intérieurement ils se disaient: Il/Elle est peut-être ceci ou cela mais moi je suis quand même… Donc je n’ai aucune raison de ne pas l’apprécier puisque nous avons chacun quelque chose de bénéfique à apporter à l’autre.
Il suffit qu’un ado soit sûr de lui, droit dans ses bottes et honnête avec lui-même pour que ses relations avec les autres ne lui gâchent pas l’existence.


Marcia

Adolescence, cette inconnue !…

Posted by admin On août - 20 - 2009 2 COMMENTS

Combien de fois, on entend des parents exprimer leur crainte une fois que leurs enfants approchent l’âge de l’adolescence. La plupart redoutent une incompatibilité d’humeur, un conflit de génération voire une véritable crise comme celle rapportée trop souvent dans les livres ou vue dans des films et divers reportages. A force d’en entendre parler, une enseignante est un jour venue me voir pour dévoiler sa peur en recevant sa mutation au collège, après 6 ans d’école primaire. Elle voulait un certificat médical pour éviter cette affectation. D’emblée, elle avait peur des relations qu’elle pourrait avoir avec les collégiens, elle n’en dormait pas la nuit, avait des angoisses et fini par tomber dans la dépression.

Ainsi, la question fondamentale consiste à savoir pourquoi avoir peur de l’Adolescent ?… Adolescence signifie t’elle indubitablement rébellion ?… Le binôme « Adulte – Adolescent » ne sera-t-il jamais qu’une utopie ?…En ce qui me concerne, par le présent article, je souhaiterai transmettre ma profonde conviction sur l’importance d’une compréhension réciproque. Il ne s’agit donc pas de donner une quelconque directive, ni aux parents et encore moins aux jeunes comme trop d’auteurs et autant d’ouvrages ont toujours cherché à faire. L’Education est un domaine tellement relatif et si aléatoire que prétendre donner une règle me semble absurde. Ainsi pour permettre à chacun de comprendre, il est essentiel de savoir qu’est-ce que l’Adolescence, à quel moment devient-on adolescent, comment on le devient voire quelles transformations subit-on pendant cette période et enfin que vit-on et souvent malgré soit durant cette étape obligatoire de la vie de tout individu.

Qu’est-ce que l’Adolescence ?

Etymologiquement, le mot vient du latin « adolescere » et signifie « grandir avec ». Théoriquement, c’est une période intermédiaire entre l’enfance et l’âge adulte. Pratiquement, il s’agit d’une période plus ou moins prolongée selon l’époque et le milieu. Citons quelques exemples qui vont nous permettre de comprendre. Dans les sociétés traditionnelles l’enfant accède sans grande difficulté au stade d’adulte après avoir été imprégné quotidiennement par les aînés, des messages et symboles liés à une histoire familiale, culturelle, religieuse et sociale. Au XIXème siècle, dans les sociétés occidentales, on passait directement du stade d’enfant à adulte. L’âge de vingt ans constituait généralement cette limite. Cette notion d’âge devait déterminer ce mérite ainsi que les responsabilités qui en découlaient. Après 1945, au retour du front et bien conscients des rôles qu’ils ont joué pendant la guerre, les jeunes étaient frustrés et autant désemparés devant la réalité sociale du moment (suspension des études, chômage, problèmes familiaux et sociaux). Ainsi, pendant une quinzaine d’année, les adolescents qui se sont succédés sont tombés dans une période d’instabilité autant sociale qu’individuelle. Finalement dans les années soixante « les ados » (dénominations qu’ils se sont donnés) se révoltent contre le système parental, la famille, la religion et toute structure constituant la société. Ils revendiquent leur identité, défendent leurs idées et créent leur style (vocabulaire, musique, habillement, coiffure, etc)

A quel âge est-on Adolescent ?

Le début de l’Adolescence correspond à l’apparition des premiers signes de la puberté. Ce mot est issu du latin « pubere » signifiant « couvrir de poil » et constitue un stade ou l’enfant commence à se transformer physiquement, psychologiquement, mentalement mais aussi affectivement. L’âge de début de la puberté est variable et dépend de plusieurs critères : la génétique, le sexe, la culture, l’environnement et les conditions de vie voire l’alimentation. Dans la société occidentale de ces dernières années, la puberté commence entre 9 -10 ans chez les filles au lieu de 12-13 ans au début du XXè siècle (avancement de l’âge de la puberté de +/- 3 ans en un siècle). Chez les garçons cet âge de début se situe entre 12-13 ans. Dans certains pays d’Afrique comme Madagascar, la puberté peut survenir encore plus tôt sans qu’on puisse parler de puberté précoce.

La fin de l’adolescence est aussi mal définie mais une certaine convention surtout psychosociale veut qu’elle corresponde à l’entrée dans la vie active c’est-à-dire à l’indépendance de l’individu. Tout ce stade compris entre la puberté et l’accession au travail constitue en effet une période psychologiquement sensible. Or, l’évolution des technologies et l’augmentation du confort de vie font que d’une part l’espérance de vie augmente mais l’âge de début de la puberté diminue également. Par contre, la fin de l’adolescence se trouve d’avantage retardée. La prolongation des années d’étude, l’instauration des divers stages, la concurrence à l’entrée du milieu professionnel, l’augmentation du taux de chômage, font que les jeunes se retrouvent assez longuement dépendant voire plus longtemps sous le toit des parents. On peut donc rester adolescent à partir de l’âge de 9 ans jusqu’à plus ou moins 25 ans.

Qu’est-ce qui détermine l’Adolescence ?

Durant la petite enfance, le développement physique dépend essentiellement de l’hormone° dite de Croissance et des hormones thyroïdiennes. A partir de la puberté, d’autres hormones vont participer progressivement à la maturation physique de l’individu et favoriser d’avantage la différenciation de l’homme et de la femme tout en préparant chacun d’eux à la procréation. D’autre part, l’évolution incessante des connaissances dans le domaine des Neurosciences et de la Neuroendocrinologie, permet également de comprendre le rôle des hormones et des neurotransmetteurs (substances transmettant localement les ordres du cerveau entre deux terminaisons nerveuses) dans la mise en évidence des traits de personnalité de l’adolescent.

Concernant les modifications physiques au cours de la puberté, elles sont de trois ordres: le développement des Caractères Sexuels Primaires (modifications au niveau des organes de la reproduction), l’apparition des Caractères Sexuelles Secondaires (changements extérieurs: voix, seins, poils,…), la Modification Staturale (augmentation de la taille des os) et comportementale. Il est important d’expliquer assez brièvement que de l’équilibre entre les sécrétions et les actions de toutes ces substances dépendront la stabilité mentale mais aussi organique de l’individu. Par ailleurs, certaines situations telles le stress peuvent être la cause mais aussi la conséquence de certaines sécrétions hormonales.

En dehors des effets liés directement aux hormones et neurotransmetteurs, de nombreux facteurs influencent également le comportement et la personnalité de l’individu donc de l’adolescent. Il faut citer le rôle de la génétique, l’éducation, la culture, le vécu, l’environnement,… Toutes ces données supposent qu’il est tout à fait normal que deux frères, deux sœurs ou encore un frère et une sœur n’aient pas les mêmes tempéraments ni comportements.

Adolescence, « Etat des lieux !… »

Dès la naissance, l’attitude et le comportement sont différents d’un enfant à un autre. Ces différences vont encore augmenter jusqu’à la fixation des traits de la personnalité. Dans ce domaine, de nombreux facteurs vont influencer l’individu car au-delà des critères environnementaux, il subira les relations qu’il va avoir avec diverses personnes, diverses personnalités et issus d’univers variés (parents, nourrices, copains, complices, instituteurs, éducateurs spirituel, religieux ou communautaire; relation sportive, artisanale, artistique,…). Si au départ, chaque famille dans chaque ethnie, village et dans chaque pays élevait ses enfants à sa manière ou selon les règles du groupe; de plus en plus avec les années, avec la modernisation des sociétés et particulièrement avec ce qu’on appelle la mondialisation, on parle d’une éducation et surtout d’une « Education Universelle ». L’objectif est devenu le même qu’on soit en Amazonie ou au Japon, à Fort Dauphin ou à Amsterdam et dans la tribu Tchakhars de Mongolie comme chez les Touaregs du Mali. La société actuelle vise d’avantage à formater l’enfant pour faciliter son accession à la vie adulte, à une vie adulte conforme à une norme devenue internationale, intercontinentale.

Dans un cadre beaucoup plus restreint, supposons le cas d’adolescents d’une même école. Dès l’enfance, ils sont dotés de personnalités diverses et sont issus de milieux très variés mais l’objectif de leurs parents respectifs est le même : « La Réussite ». Dès lors, chaque enfant est obligé de passer dans un moule ou les maîtres mots sont : la scolarité, la discipline, la performance, la sélection, etc.
Pour faciliter d’avantage la compréhension, et tout en gardant toutes les explications antérieures en tête, imaginons deux grandes pièces qui se communiquent entre elles, A et B (Cf: Schéma – Théorie de la porte et du Couloir). La première représente l’enfance et la seconde la vie adulte. En d’autre temps et en d’autre lieu, il n’y avait aucun obstacle ni aucune limite entre les deux pièces (pas de mur de séparation). De plus en plus et avec les années, un mur mitoyen s’est érigé et un passage plus ou moins étroit voire de plus en plus long s’est greffé entre la pièce qui représente l’enfance et celle représentant l’adulte : ce passage symbolise la période de l’adolescence. La sélection sociale actuelle veut que ce passage soit devenu comme un couloir plus ou moins long et plus ou moins large voire de plus en plus difficile à traverser. Parmi les enfants présents dans la première salle, certains vont passer l’ouverture très facilement et assez rapidement, d’autres vont éprouver des difficultés variables et quelques uns ne vont peut-être pas savoir ou même pas pouvoir la franchir. Le pourcentage d’enfants pouvant passer par cette porte ou ce couloir sera fonction de pas mal de facteur dont le mental, la force de caractère, les différentes circonstances mais aussi la qualité du soutien dont ils vont bénéficier. La plupart des adolescents vont finir par arriver dans l’autre pièce mais la traversée de ce « pertuis » peut laisser des séquelles plus ou moins graves conditionnant la suite de sa vie c’est-à-dire la vie adulte.

Il est clair que l’adolescent ayant bénéficié d’un soutien régulier et harmonieux, par rapport à celui victime de brimades continuelles et pire comparé à celui abandonné carrément par son tuteur, accèdera plus facilement à la vie d’adulte.

.

Schéma: [ ADOLESCENCE: THÉORIE DE LA PORTE ET DU COULOIR – Dr Raharison ]

Réellement, si l’on se réfère aux statistiques des Nations Unies, les jeunes en dessous de 25 ans représentent environ la moitié de la population mondiale. Au moins un milliard deux cent millions sont entre 10 et 19 ans et 87 % d’entre eux vivent dans les pays en voie de développement. Une majeure partie de ces adolescents habite dans les grandes villes des pays en développement ou les banlieues des grandes agglomérations occidentales. Comme le monde semble évoluer d’avantage vers la crise du travail, leur nombre ne va cesser d’augmenter. Les adolescents constituent donc actuellement une véritable société dans la société. Leur intérêt commun mais aussi leur désintérêt commun par rapport à la société en plus du malaise individuel ou familial les poussent à trouver des repères au sein d’un groupe et à s’organiser selon une structure qui leur sont propre. Les influences y sont multiples et la notion de style et de modèle est très recherchée (acteur, chanteur,…). Tout ce microcosme est d’avantage exploité par des adultes bien intentionnés (créateurs, publicitaires, responsables audiovisuels, les dealers de tous bords et même les politiciens). Les ados représentent en effet un électorat non négligeable et leur instabilité morale mais aussi leur capacité à se solidariser dans la recherche d’un idéal commun font d’eux un groupe mobilisable voire manipulable. Tous ces phénomènes, trop souvent déstabilisent encore plus les individus qui finissent par entrer dans une spirale dont l’issue peu être grave.

Conclusion

L’adolescent est en même temps un enfant savant et un adulte inexpérimenté. L’adolescence met fin à ses rêves d’enfant qui cèdent leur place à une série d’illusion intemporelle. L’adolescent réfute ce qui l’entoure notamment la domination du paraître sur le réel et de l’individualisme sur le social. C’est un individu qui se cherche dans tous les domaines et qui peut être prêt à tout pour s’affirmer. Ce sera le jour où il réussira à se retrouver qu’enfin il gagnera le statut tant attendu d’adulte. Mais l’adulte, en somme, n’est-il pas juste un adolescent plus ou moins guéri de ses désillusions?…

.


Réellement, si l’on se réfère aux statistiques des Nations Unies, les jeunes en dessous de 25 ans représentent environ la moitié de la population mondiale. Au moins un milliard deux cent millions sont entre 10 et 19 ans et 87 % d’entre eux vivent dans les pays en voie de développement. Une majeure partie de ces adolescents habite dans les grandes villes des pays en développement ou les banlieues des grandes agglomérations occidentales. Comme le monde semble évoluer d’avantage vers la crise du travail, leur nombre ne va cesser d’augmenter. Les adolescents constituent donc actuellement une véritable société dans la société. Leur intérêt commun mais aussi leur désintérêt commun par rapport à la société en plus du malaise individuel ou familial les poussent à trouver des repères au sein d’un groupe et à s’organiser selon une structure qui leur sont propre. Les influences y sont multiples et la notion de style et de modèle est très recherchée (acteur, chanteur,…). Tout ce microcosme est d’avantage exploité par des adultes bien intentionnés (créateurs, publicitaires, responsables audiovisuels, les dealers de tous bords et même les politiciens). Les ados représentent en effet un électorat non négligeable et leur instabilité morale mais aussi leur capacité à se solidariser dans la recherche d’un idéal commun font d’eux un groupe mobilisable voire manipulable. Tous ces phénomènes, trop souvent déstabilisent encore plus les individus qui finissent par entrer dans une spirale dont l’issue peu être grave.

Conclusion

L’adolescent est en même temps un enfant savant et un adulte inexpérimenté. L’adolescence met fin à ses rêves d’enfant qui cèdent leur place à une série d’illusion intemporelle. L’adolescent réfute ce qui l’entoure notamment la domination du paraître sur le réel et de l’individualisme sur le social. C’est un individu qui se cherche dans tous les domaines et qui peut être prêt à tout pour s’affirmer. Ce sera le jour où il réussira à se retrouver qu’enfin il gagnera le statut tant attendu d’adulte. Mais l’adulte, en somme, n’est-il pas juste un adolescent plus ou moins guéri de ses désillusions?…

Docteur A. RAHARISON
Neuropsychiatrie – Psychothérapie
Diplômé de l’UCL BelgiqueCentre de Diagnostic Neuro PsychoAntananarivo – Madagascar