mardi 24 janvier 2017

Proclamation Concours National

Posted by admin On mars - 5 - 2011 ADD COMMENTS

Samedi 26 Février 2011, Hôtel CARLTON Anosy Antananarivo.

est tombé: ci-dessus la Photo des Candidats avec les Représentants des Partenaires:

Les Lauréats, 1er rang à partir de la 2è de Dte à Gche; Nirihasina Donas RALAY, Hasina Faniry RAMBOA, Nadège Maleka MAHAFENO et Domohina RASOLOHERY (l’autre Lauréate, Faraniaina Domoina RABARIJAONA était absente).

Quelques Représentants des Partenaires, dernier rang de Gche à Dte, Mr Barison RAZAFINDRALAMBO de AIRTEL, Mlle Onihery RAMANDIMBISON du CARLTON. Enfin, le 1er de Dte à Gche le Docteur Andry Nirina RAHAJARISON de PSI Madagascar.

GRAND BRAVO à nos LAURÉATS et à tous nos CANDIDATS puis SINCÈRES REMERCIEMENTS à tous nos Partenaires. Très bientôt, d’autres activités organisées par PSYMADA !..

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

;

est tombé: ci-dessus la Photo des Candidats avec les Représentants des Partenaires:

Les Lauréats, 1er rang à partir de la 2è de Dte à Gche; Nirihasina Donas RALAY, Hasina Faniry RAMBOA, Nadège Maleka MAHAFENO et Domohina RASOLOHERY (l’autre Lauréate, Faraniaina Domoina RABARIJAONA était absente).

Quelques Représentants des Partenaires, dernier rang de Gche à Dte, Mr Barison RAZAFINDRALAMBO de AIRTEL, Mlle Onihery RAMANDIMBISON du CARLTON. Enfin, le 1er de Dte à Gche le Docteur Andry Nirina RAHAJARISON de PSI Madagascar.

GRAND BRAVO à nos LAURÉATS et à tous nos CANDIDATS puis SINCÈRES REMERCIEMENTS à tous nos Partenaires. Très bientôt, d’autres activités organisées par PSYMAD !.. TRÈS BIENTÔT, reportage de cette inoubliable Journée.

ATTENTION!… Chacun des 20 candidats présélectionnés lors de ce Concours sont priés d’écrire à admin@psymad.com ou d’appeler le 033 05 20146 les Après midis, car notre programme continue!…

( Voir Reportage )

 

CONCOURS Candidat n°49

Posted by admin On novembre - 15 - 2010 1 COMMENT

Candidat N°49

Dans le monde actuel, la diversité peut se traduire par l’origine ethnique d’une personne, son appartenance religieuse, son idéologie, sa situation sociale, ses capacités physiques,  et professionnelles .Ces différences sont sources de problème dans la mesure où on ne les accepte pas. Ils deviennent un blocage à l’entente car insécurité, permanentes disputes, insultes s’instaurent au sein de la société. Ne serait-il pas injuste et dommage de dénigrer quelqu’un du fait qu’il n’adopte pas les mêmes principes de vie que nous ?du fait qu’il n’est tout simplement pas comme nous ?Comment faire pour qu’existe un consensus entre toutes personnes pour mette en place une vie tranquille et sécurisée dans un atmosphère bienveillant malgré leurs diversités ?

Dans un premier temps, il est important de savoir respecter les gens telles qu’elles sont en évitant les propos qui pourraient les affecter ou vexer leur égo, en les traitant comme l’on voudrait que les autres nous traitent c’est-à-dire user de l’empathie. En effet, l’empathie aidera à comprendre l’agissement de l’autre en  prenant connaissance de ses valeurs et de ses habitudes. Par exemple, il y a dans la rue une femme voilée ; au lieu de l’injurier on devrait comprendre les raisons qui la pousse nt à se parer de cette façon. Par l’empathie, ceux qui sont différents de soi se sentiront mis en valeur car ils sont pris en considération. D’où la naissance d’une relation amicale qui, petit à petit sera basée sur la confiance. L’avantage de s’ouvrir aux autres c’est qu’on apprend à les connaître et qu’en retour ils s’ouvriront aussi à nous. Ce qui permettra alors l’installation progressive d’échanges. Ainsi, le respect est un premier pas vers la paix.

Ensuite, quand les gens arrivent à se respecter, il leur est possible d’entreprendre des actions ensemble en mettant les différences qui dérangent de côté et en mettant en avant leurs intérêts communs comme la sécurité dans la société, la bonne marche des activités dans les institutions. Donc la diversité  n’empêche pas la coopération entre les individus ; elle est au contraire une force motrice dans la réalisation d’un projet. L’entraide se développe alors et qui dit entraide dit entente puisque sans entente, la collaboration entre humains est difficile et souvent infaisable à cause de l’ambiance tendue entre les personnes. Notons que chacun ne se suffit pas à lui-même. Nous sommes des êtres sociaux et sociables ; donc des êtres nécessitant un contact permanent avec autrui. La solidarité est tout aussi importante que le respect et comme di le dicton : « On a toujours besoin d’un plus petit que soi ».

Enfin, peu importe les différences qui peuvent exister  il est aussi important de placer les gens à la place qu’elles méritent c’est-à-dire qu’il ne faut pas les priver de leur mérite car ils nous gênent personnellement. Ne serait-il pas injuste de dénigrer quelqu’un car il n’est pas comme nous ?Ici ,le respect et la reconnaissance de l’aptitude des gens différents de soi jouent des rôles importants  car cette dernière crée un lien d’unité entre les personnes. Renier les capacités d’autrui relève soit de la jalousie, soi de l’amour de soi, soit du racisme, soit de questions de préférences.

En conclusion, physiques ou abstraites, les différences ne devraient pas constituer un obstacle à la paix si l’on apprend à s’y adapter. Les clés pour l’entente ne sont  que le respect des uns et des autres en usant de l’empathie, l’entraide entre les uns et les autres pour une meilleure réalisation des activités communes et la reconnaissance des uns et des autres grâce à leur exploit. Il est donc possible d’intégrer la paix malgré la diversité. Comment alors conscientiser  les personnes de cette possibilité de paix ?Car s’il est possible de faire régner la paix dans des petites communautés, il sera facile d’intégrer la paix dans le pays et pourquoi pas dans le monde ?

CONCOURS Candidat n° 46

Posted by admin On novembre - 15 - 2010 ADD COMMENTS

Candidat N°46

J’estime que deux points de vue valent mieux qu’une pour aborder le sujet. D’un, le côté croyant d’un malgache, et de deux, le côté citoyen conscient du monde qui l’entoure.

Diversité dit-on, pourquoi ne pas dire variété ? (c’est bien le synonyme). La raison est simple. La plupart du temps, il est question d’animaux, de plantes ou de tout ce qui se trouve en dessous de l’être humain que nous sommes quand nous disons variété. Cela nous éclaire donc car il s’agit bien de nous, les humains, dans ce grand mot la diversité.

Savons-nous seulement ce que cela implique ? La majorité croyante des malgaches serait d’accord avec moi si j’avance que nous sommes des œuvres de Dieu, les plus belles à ce qu’il paraît ! Des hommes, des femmes, des personnes qu’il a façonnés selon son image. Nous nous plaçons en tête de classement de toutes les créatures aériennes, marines et terrestres. Nous nous différencions des chimpanzés grâce à la parole, à la conscience et tout ce qu’on entendait dans nos cours de philosophie et de sciences naturelles. C’est l’image de Dieu. Et personne n’a été « épargné ». Tout être humain a reçu ces distinctions. Peut-être quelques-uns plus que d’autres mais on l’a tous. Tous, c’est tous : noirs, blancs, rouges, jaunes, marrons voire bleus ou verts… Alors, on parle bien de diversité puisque cette question de couleur vient à l’esprit immédiatement pendant la prononciation même du mot diversité.

Tout est question de différence, de nuance, de variété donc de diversité.

Apportons plus de précisions au terme « différence » mentionné précédemment. Par opposition, nous avons le mot unité (cohérence formelle interne). Ne serait-ce pas utopique que de parler d’unité alors même que les éléments quotidiens qui nous entourent sont aussi divers ? Les personnes blindées d’expérience en sont convaincues. Un petit exemple : que cherchons-nous pendant les vacances ? Réponse : quelque chose de différent de ce qu’on vit tous les jours, d’autres têtes et paysages, diverses expériences nouvelles aussi courtes soient-elles.

Alors nous sommes d’accord sur le fait que qui dit diversité dit différence. Mais différence implique surtout tolérance. Si nous considérons ce dernier mot en tant que terme technique, il s’agit de « différence admise entre les résultats prévus et les résultats effectivement obtenus ». Tout y est : admettre la différence. La tolérance est donc une étape, la seule et plus grande à considérer avant la démocratie. Puis les pions se placent d’eux-mêmes. Quand une démocratie est bien instaurée, cela s’appelle la paix. Corrigez-moi si je me trompe.

En résumé :

  • Nous sommes tous des humains façonnés à l’image de Dieu, donc pourvus de parole, de conscience et ainsi d’intelligence. Cela contribue alors à la paix comme étant « Situation de personnes qui vivent en bonne intelligence ». Tout cela par le biais des différents éléments qui constituent notre société.
  • On entend sans cesse parler de Médiation, et cela inclue automatiquement la différence et la diversité. La logique veut qu’il n’y ait pas de médiation sans différence. Et si diversité égale différence, différence implique tolérance, puis la tolérance instaure la démocratie. Après toutes ces étapes, le but est atteint : la paix ! (dans le sens de Situation d’un État ou d’un territoire qui ne sont pas en guerre) »

Mais alors sommes-nous assez pourvus d’intelligence et de tolérance pour cette paix incessamment recherchée ?

CONCOURS Candidat n°45

Posted by admin On novembre - 15 - 2010 ADD COMMENTS

Candidat N°45

La diversité plus un facteur de paix que de conflit

La diversité, en terme générale désigne la différence ou la variance constatée au niveau d’une  chose. C’est pour cela que tout ce qui nous entoure présente une diversité citons la culture, l’idée, la couleur…Par ailleurs, cette diversité qui s’étale sur tous les plans peut souvent générer des incompréhensions et des malentendus qui conduisent généralement à des conflits qu’ils soient idéologiques, soient des confrontations directes (souvent le cas  aujourd’hui dans le monde).

Il est nécessaire de savoir que tas de conflits se sont  produits dans le monde car chaque peuple se sent fier de sa culture, de ses idées et souvent convaincu de sa supériorité par rapport aux autres et veut donc imposer leurs idéologies religieuses, politiques, culturelles…. Chaque peuple considérant ses valeurs comme étant supérieures et vouées à être généralisées. Remontons  un peu dans l’histoire car cette idée ou ce concept a pris une place majeure dans l’expansion du nazisme en Allemagne pendant la Deuxième Guerre mondiale où plusieurs millions de juifs ont trouvé la mort. Et, actuellement ce même concept joue un rôle dans la mondialisation sur la culture ou l’acculturation d’une communauté par rapport à d’autres comme la domination actuelle de la culture anglo-saxonne ou de la culture chinoise.

Et tout récemment chez nous, les conflits entre partis politiques subsistent vu que chacun de ces partis ne veulent accepter toute autre idée que la leur, du coup la solution tarde à venir car la diversité d’opinion est trop grande et que personne ne trouve un terrain d’entente.

Tous ceci  pour montrer que partout il y aura toujours cette diversité et il faut l’accepter car la paix en dépend. Cette diversité pourrait être origine de la paix si et seulement si les hommes apprennent à accepter les autres tels qu’ils sont, ne négligent leurs idées. On doit s’habituer à cohabiter avec la diversité de chacun sans que cela ne devienne une source de conflit permanente. Il doit y avoir une intercompréhension et tolérance entre chaque entité et que cela parte d’une force égale à égale  et pas sur la loi du plus fort. On doit se baser sur le fait que chaque personne ou groupe de personne ont chacun une vision personnelle et singulière sur une chose et qu’on ne peut pas la ou les forcer à accepter celle des autres seulement parce que les autres sont plus forts ou plus nombreux. Il faut replacer le dialogue au service de la paix, il faut adresser la parole à ceux qui menacent, et trouver une solution consensuelle issue de cette discussion où tous ont exposé leur point de vue. L’exemple le plus concret de cette diversité au service de la paix est l’Union européenne, l’Europe a été le champ de bataille des deux Guerres mondiales. Désormais pour éviter l’avènement d’une nouvelle guerre sur son sol le vieux continent s’unit pour vivre ensemble dans la paix, tout en respectant la diversité de chaque pays membres.

Ces différences, nos différences sont une richesse extraordinaire, constituent la beauté d’un pays et même du monde et un grand défi pour l’avenir, la diversité est un outil essentiel pour la paix.

CONCOURS Candidat n°37

Posted by admin On novembre - 15 - 2010 6 COMMENTS

Candidat N°37

Homme de couleur, de race et d’ancêtres différents, on s’aperçoit facilement que dans notre vie, il y a tant de choses qui se passent et qu’on voit sans qu’on les comprenne. Mais noirs, blancs ou jaunes nous ne faisons qu’un. Main dans la main, rien sur terre ne nous vaincra, que ce soit dans la peine ou dans la joie. Qui dans ce monde n’espère de voir finir un jour tout ce qui pourrait nuire à la paix ? Toi et moi, ne sommes-nous pas pareils ? Pourquoi ne formerions-nous pas une seule unité pour essayer de reconquérir cette paix que nous espérons tous ?  Il n’y aurait plus de Rabe ni de Rakoto. Nous ne formerons plus qu’un seul bloc que nul ne peut ni briser ni séparer. Ensemble, nous sommes forts et quelque soit les caprices du destin, nous formerons une seule famille sous le soleil tout comme la terre et le ciel.

Imaginons Tananarive, avec un petit coin arabe bordé de maisons aux visages radieux et ses longs conduits qui déboucheraient sur une foule enjouée ; des ruelles juives agitées, creusées d’échoppes, de boutiques et de bistrots ; des maltais, bizarres européens au  parler arabe, de nationalité britannique et tout ceci en entendant les Vezos en train de vendre leurs poissons : « Fia…Fia !! » et pourquoi pas on n’y mettrait pas une église russe orthodoxe, en luminaires et coupoles ; un petit train belge électrique et propre ? On y verrait même, côte à côte, l’hôtel Carlton, les buildings de la Standard Oil, l’aérodrome américain, la Shell Company faisant face au Rova de Manjakamiadana avec ses malgaches vêtus de leurs lambas et de leurs « fluos » pour les Betsileo…La résidence des différents  ambassadeurs et les maisonnettes des rentiers français : toits couverts de tuiles rouges et jardins plantés de choux, tout comme dans la chanson, trouveront place dans ce petit monde heureux d’être loin des coexistences hostiles et conflictuelles. Quel heureux événement de voir  un changement de civilisation à chaque cinq cents pas de promenade qu’on ferait !! Encore mieux, au beau milieu du Zoma, on pourrait trouver des produits venant de l’Irak, de l’Iran, de la Chine ou du Japon qu’on associerait avec les arts malgaches de l’Amoron’I Mania.

Et dans cette diversité, où n’importe qui se sentira chez soi, et tout le monde sera à l’aise, chacun ne sera plus enfermé dans son quartier en ayant peur de son voisin, en le méprisant ou en le haïssant. Nous savons que la peur et le mépris, nous les avons connus dès l’éveil de notre conscience à l’aube de la guerre, du conflit et d’autres encore. Dans la nouvelle atmosphère de la diversité, nous vivrons à table dans la rue, nous prendrons le thé avec de personnes différentes qu’elles soient palestiniennes, françaises, irakiennes, anglaises…sans se soucier qu’il y aurait peut être des attentats suicides, des bombes posées ici ou là, des kidnappings ou des vols de marchandises. Chacun ne restera plus sournoisement hostile aux autres et ne sera plus définitivement ulcéré par sa propre image qu’il découvrira chez eux.

Pour s’entendre et s’écouter, on a besoin de se connaître et de se sentir respecté dans sa culture et ses valeurs. La rencontre de l’autre est source d’enrichissement : se reconnaître et s’accepter dans nos différences est indispensable pour mieux vivre ensemble, en particulier dans nos sociétés de plus en plus métissées. C’est là que la paix aura besoin de la diversité pour être en place.

Une authentique diversité pour la construction de la paix, basée sur une solidarité entre toutes les cultures créera une nouvelle éthique malgache, et pourquoi pas universelle, du vivre ensemble.

CONCOURS Candidat n°35

Posted by admin On novembre - 15 - 2010 ADD COMMENTS

Candidat N°35

Un l’étranger étonné devant le « famadihana » exercé par les malgaches, un chrétien ébahit par les islamiques qui se prosternent pour faire leur prière, une fillette d’une dizaine d’année porteuse d’un bébé, … la diversité est partout et revêt plusieurs formes : diversité de culture, d’opinion, de religion, de niveau social, …

Cette diversité peut être à la fois considéré comme aubaine que comme désagrément pour la stabilité d’un pays. Elle peut être à la fois un facteur de conflit comme de paix.

Plusieurs d’entre nous connaît l’histoire du Rwanda où des personnes s’entretuaient, pour la simple raison que les uns appartenaient au Hutus et les autres au Tutsi.

Quoique, chacun d’eux habite le même pays où l’histoire et les soucis sont les mêmes.

Pourtant, nous vivons dans un pays où cohabitent 18 ethnies. Et, chacun de ces ethnies ont conservé ses cultures et traditions : le Hira gasy pour les merina, le papier Antemoro pour les Antemoro, l’Aloalo pour les Mahafaly, etc.

Mais cela n’a pas divisé le pays ni provoqué un conflit violent à l’échelle national.

Au contraire, cette divergence s’est transformée en une fierté pour tous les malgaches. Et cette grande richesse culturelle est devenu une particularité pour Madagascar.

Par ailleurs, la crise économique malgache s’éternise à cause de la divergence d’opinion des divers partis politiques. Sans maîtrise des nos émotions, nous serons condamné à vivre pour toujours dans cette situation. Mais si Dieu nous a donné une tête par personne, cela ne voudrait-il pas dire qu’il est normal que chacun de nous ait son propre point de vue ? Néanmoins la diversité d’opinion ne devrait pas être un facteur de guerre.

En effet, la diversité d’opinions est une mine de possibilités. L’importance des points de vue et des expériences apporte une variété d’idées, de perspectives et de compétences qui peuvent améliorer la capacité d’une société à se développer.

La diversité d’opinion permet également de voir les points de vue des autres. Même différent de ses opinions, la personne pourrait comprendre la vision des autres et reconnaître que ces nouvelles idées sont aussi probables que la sienne. Ceci crée une relation de confiance entre les personnes en discussion et ouvre des réseaux sociaux.

En effet, l’erreur serait de croire que notre opinion est la meilleure et la seule vraie. Nous devons reconnaître que nous avons besoin les uns des autres. C’est seulement ainsi que nous pourrons bâtir une société de paix.

Il y a également un aspect très présent de la diversité : la diversité sociale. En effet, l’écart entre les revenus des ménages riches des ménages défavorisés ne cesse de s’accroître. Bien souvent, ceci engendre une importante discrimination.

Pourtant, ce type de diversité peut présenter un intérêt et être perçu comme une opportunité plutôt qu’une menace. Certes, pour l’entreprise à vocation commerciale, le besoin de proximité avec des clients divers nécessite de recruter des salariés qui leur ressemblent.

Mais aussi, la diversité des équipes dans une entreprise est source de créativité car ceci signifie : pluralité de profils, variété d’expériences, diversité des compétences … bref la diversité des équipes créée de la valeur et est source d’équilibre.

D’ailleurs, accepter la diversité, aidant à lutter contre le racisme et la xénophobie, est pour une société un critère de développement social.

En conclusion, le développement de l’économie d’un pays et le respect de la dignité des personnes n’est possible qu’avec un traitement équitable de toutes les personnes à tous les stades de sa vie, et ceci, malgré les diversités de chacun.

CONCOURS Candidat n°33

Posted by admin On novembre - 15 - 2010 7 COMMENTS

Candidat N°33

Jaune, rouge, blanc, bleu, marron … Autant de couleur pour autant de différence. Depuis le tout début, dès la Genèse de la Bible et dans la Bible, une diversité multiple se fut installée dans le monde. Une diversité si mal exploitée qui très bientôt jouera le rôle de bombe à retardement au sein de l’humanité, au sein de l’univers que nous connaissons encore très peu. 1917-1918, 1944-1945, ces années font partie des quelques années où le mot paix disparaissait dans le vocabulaire, dans le langage mondial. Mais aujourd’hui le problème devient encore plus grave puisque une illusion de paix semble existée dans le monde mais ne semble pas vivre dans les nations constituantes. Et pourtant, l’on a déjà assisté à de sévères punitions qui ne semblent pas suffire : Burundi, Congo, Somalie,… et on pourrait rallonger  la liste en rajoutant par exemple mon cher pays, partagé entre des partis politiques, partagé entre des hommes avides de pouvoir et de richesses, des pilleurs élégants !

Pour le cas de cette grande île, riche d’une diversité de matière grise, elle est  exploitée dans un sens à profit personnel pour se procurer une paix en soi et sans penser à une paix collective. Certes on est bien différent, moi-même aussi Malagache que je suis, je ne comprend pas ce que les Betsileo veulent dire quand ils utilisent leur dialecte.

Imaginant maintenant un monde uniforme où toi et moi parlant la même langue, où lui et toi avez la même façon de voir, la même façon d’appréhender les choses, la même manière de dire je t’aime ou je te déteste et ainsi de suite… Tout ce qui a de la valeur pour toi disparaîtrait parce que ton voisin à le même. En terme social, le mot valeur et contraire au terme banal ou vulgaire. Les valeurs des choses résident dans le fait qu’elle soit unique, ce qui pourvoit un  sentiment de fierté pour son propriétaire. Et oui, c’est comme ça que fierté nationale s’installe, un mot très mal compris à Madagascar et facteur de développement dans certains pays. La fierté nationale est irréfutablement  à l’origine d’une unité nationale incontournable qui aurait commencé par une diversité bien vécu au sein d’un pays.

Tout ceci se situe à une échelle purement nationale mais est valable à une échelle internationale, qui demande de plus grandes structures idéologiques et matérielles. Mais on avance pas mal avec l’UNESCO0, la convention du Patrimoine mondial et bien d’autres encore.

Notre planète n’attend plus que nous pour exploiter d’une manière intelligent nos diversités, pour commencer, rien de plus loyal que de débuter avec son pays, les diversités locales et ainsi aboutir à une diversité internationale qui formera un tout indissociable : LA PAIX.

CONCOURS Candidat n°30

Posted by admin On novembre - 15 - 2010 ADD COMMENTS

Candidat N°30

Chacun de nous est unique parce que nous sommes différents les uns des autres. Dans sa chanson intitulée « La différence », la chanteuse française, Lara Fabian, défend le droit à la différence des homosexuels car l’humain a, comme on le sait, tendance à rejeter au premier abord celui qui ne lui ressemble pas. L’homosexualité est une expression de cette différence, mais elle est aussi la couleur de la peau et des yeux, l’épaisseur des lèvres, la qualité des cheveux, bref autant de caractères physiques qui nous rendent exceptionnels.

Toutefois, la différence ne se limite pas à tout ce que je viens d’énumérer. La culture, la philosophie, la façon de penser, la manière de vivre diffèrent d’une personne à l’autre, d’un pays à l’autre et, qui sait, peut-être d’un monde à l’autre. Ainsi, la diversité, c’est la différence. Il ne s’agit pas uniquement d’une histoire de carnation, ou de sexe, ou encore de choix sexuel ; la diversité est une divergence d’idées, une différence d’opinions, une opposition qui devrait déboucher sur la bonne entente et non sur la guerre car la guerre détruit, tandis que la paix construit.

Tout comme la diversité, la paix offre plusieurs visages. Chez les arbitres sportifs, elle peut revêtir l’aspect du fair-play et de la solidarité, ou encore l’aspect de l’impartialité. L’exemple qui illustre bien cette idée de diversité est le championnat du monde de football où trente deux pays des cinq continents s’affrontent dans un esprit de totale fraternité.

Aussi, évitons les erreurs du passé, comme l’apartheid, ce système de ségrégation raciale appliqué contre les noirs d’Afrique du Sud ; ou le nazisme en Allemagne pendant lequel des millions de Juifs sont morts. C’est à la suite de ce génocide que l’ONU fut créé afin de préserver la paix dans le monde. Mais la paix ne règnera jamais si tout le monde n’apporte sa contribution personnelle. Car, il est impossible pour une seule personne d’instaurer la paix. A moins peut-être de brutaliser toute la population pour qu’elle arrête de faire la guerre…

Ainsi, il incombe à chacun de faire régner la paix. C’est un devoir pour tous sans exception. Un devoir à exécuter sans tarder pour que nos enfants aient le droit de vivre dans un monde en paix. Car comme le dit si bien ce proverbe Amérindien : « Nous n’avons pas hérité cette terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants. ».